La récréation

Temps d’éducation à part entière, la récréation doit être organisée de sorte que "les élèves ne soient pas exposés à subir des dommages et n’en causent pas à autrui"1.

Les directeurs d’école, chefs d’établissement, conseillers principaux d’éducation et enseignants ont, dans cette optique, des devoirs de surveillance à respecter.

"La récréation est très souvent perçue comme une période de détente, de plaisir, de défoulement...", entame Gilles Moindrot, secrétaire général et porte-parole du SNUIPP2. "Mais il s’agit en fait d’un moment d’éducation de grande importance, régi, le plus souvent, selon différents modes d’organisation instaurés par les élèves eux-mêmes. Dans la cour, développement de l’autonomie rime avec prise de risque et apprentissage de la vie en groupe résonne avec luttes de pouvoir... L’encadrement doit donc veiller aussi bien à la sécurité des lieux qu’à la régulation des conflits entre les élèves", poursuit le syndicaliste. Or, si concernant la conformité des installations, les textes sont clairs, attribuant aux collectivités territoriales la responsabilité des espaces et matériels3, les lignes traitant de la qualité du service de surveillance de la récréation sont moins précises...

Elles laissent aux directeurs d’école le soin d’organiser cette surveillance de manière efficace, sans pour autant fixer de normes, en fonction "de l’importance des effectifs et de la configuration des lieux"4 et aux CPE de "conjuguer l’impératif de surveillance des élèves et la nécessité d’apprentissage progressif de la responsabilité et de l’autonomie". Bref, en la matière, place semble faite au bon sens.

-  À l’école

"Le service de surveillance des enseignants commence dix minutes avant le début de la classe et se termine, exception faite de la pause méridienne5, à la fin des cours, au moment de la remise des enfants à leur famille ou aux personnes ayant la charge de l’accueil périscolaire", explique Jean-Claude Rolland. Conseiller pédagogique de circonscription pour le 1er degré et responsable du réseau d’échanges de pratiques pédagogiques des écoles d’Epinay-sur-seine (EPPEE)6, le professeur des écoles maître formateur ajoute : "de fait, la surveillance des temps de récréation est placée sous l’entière responsabilité des enseignants présents dans la cour conformément au tableau de service établi par le directeur en conseil des maîtres. Bien sûr en cas d’absence d’un professeur ou d’une urgence quelconque, un atsem (agent territorial spécialisé des écoles maternelles, ndlr) peut être amené à surveiller momentanément la cour de récréation, voire à encadrer un groupe d’élèves lorsque la récréation a été pensée au préalable7 mais sans jamais en porter la responsabilité".

Et Gilles Moindrot de se faire rassurant : "Dans le 1er degré, les enseignants ont une vraie culture de la sécurité. Le plus délicat pour eux est de concilier un certain laisser-faire et une vigilance de tous les instants".

-  Au collège et au lycée

Cet équilibre difficile à trouver en primaire entre surveillance accrue, respect de l’individu et apprentissage de l’autonomie l’est encore davantage dans le secondaire.

Les textes8 témoignent de cette difficulté en traitant séparément le cas des collèges de celui des lycées.

Ainsi les principaux sont invités à "porter une attention particulière au moment où les élèves ne sont pas en classe, pendant les récréations et les interclasses" et les proviseurs à déterminer des "modalités de mise en œuvre de l’autodiscipline durant les temps libres inscrits à l’emploi du temps". Dans l’ensemble des EPLE, les assistants d’éducation qui peuvent parfois être secondés par des personnels employés dans le cadre de contrats d’aide à l’emploi (CAE), sont chargés de la surveillance de la cour de récréation selon les dispositions prises par les conseillers pédagogiques d’éducation. "Ce qui en aucun cas ne saurait dédouaner les enseignants et les divers autres membres de la communauté éducative de leur obligation de surveillance des élèves", conclut un inspecteur d’académie du sud-ouest de la France.

Marie-Laure Maisonneuve


(1) Voir les deux textes de référence : la circulaire n°97-178 du 18 septembre 1997 (surveillance et sécurité des élèves dans les écoles maternelles et élémentaires publiques) et la circulaire n° 2004-054 du 23 mars 2004 (surveillance des élèves dans les EPLE). (2) Syndicat national unitaire des instituteurs, professeurs des écoles et PEGC (leur site). (3) L’aménagement et l’entretien des espaces extérieurs ainsi que l’installation et l’entretien des matériels mis à la disposition des élèves relèvent de la compétence des municipalités pour les écoles et impliquent la collectivité de rattachement pour les EPLE. Ceci étant, il revient au directeur d’école (au chef d’établissement et au conseil d’administration pour les EPLE) d’être vigilant en matière de sécurité de locaux, matériels et espaces et de signaler tout risque constaté à la collectivité de rattachement ainsi qu’à sa hiérarchie.


(4) Voir aussi le décret n° 90-788 du 6 septembre 1990 (modifié par le décret n° 2005-1014 du 24-8-2005) : organisation et fonctionnement des écoles maternelles et élémentaires (5) Placée sous la responsabilité du personnel municipal (agents communaux et/ou directeurs d’écoles missionnés et indemnisés par la commune) (6) Voir le site. (7) L’aménagement des moments de récréation et initiatives diverses fera l’objet du quatrième volet de ce hors-série. (8) Circulaire n° 96-248 du 25 octobre 1996, modifiée par la circulaire n° 2004-054 du 23 mars 2004.

(9) A noter qu’indépendamment de la responsabilité civile, des poursuites pénales peuvent être engagées à l’encontre d’un agent comme envers l’autorité responsable de l’organisation du service de surveillance.

(10) Loi remplacée par l’article L911-4 du Code de l’éducation, RLR 190-9.

mis en ligne le jeudi 7 juillet 2005
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats