Les parents d’élèves auront bientôt un vrai statut dans l’école

Les parents d’élèves auront bientôt un vrai statut dans l’école (AFP)

Les parents d’élèves auront bientôt un vrai statut au sein du monde scolaire, un rôle "institutionnel" qu’ils réclament depuis longtemps et qui leur permettra de mieux dialoguer avec les professeurs et de s’impliquer davantage dans la vie éducative des établissements.

"Le ministre de l’Education consulte depuis trois semaines les différentes fédérations de parents d’élèves sur la question du lien entre les parents et l’école. Ils devraient avoir un statut d’ici fin juin", explique-t-on dans l’entourage de Gilles de Robien.

Un "statut" des parents, qui permettrait de formaliser leurs droits et leurs devoirs dans l’enceinte scolaire, d’inciter, par exemple, les professeurs à tenir compte de leur avis, n’est jamais apparu dans un texte alors qu’ils le réclament depuis longtemps.

Ils ont déjà conquis de haute lutte de nombreux rôles : ils peuvent être délégués, assister aux conseils de classe, participer à des sorties scolaires et être élus dans des conseils d’administration.

Et pour mieux faire se rencontrer les deux mondes, la moitié des instituts de formation des maîtres (IUFM) ont mis en place une formation des enseignants afin de mieux dialoguer avec les parents.

"Il y a nécessité d’un décret pour mieux les associer à l’école", ce qui leur permettrait d’aller à des réunions à l’école sans être pénalisé pour leur travail par exemple, explique Georges Dupon-Lahitte, président de la FCPE, principale fédération de parents d’élèves.

Un rapport d’étape de l’inspection générale de l’Education nationale (Igen) récent propose d’aller dans ce sens et même plus loin. Il suggère de "redéfinir" les droits des parents en matière de participation dans les projets éducatifs de l’Ecole, et de faire un effort particulier auprès des familles en difficulté.

L’Igen suggère même la mise en place de lieux de paroles, une sorte de "salle des parents" dans les établissements.

Pour la deuxième fédération de parents du public, la Peep, qui lancera son 87e congrès jeudi au Mans, il ne s’agit pas tant d’obtenir un "statut en tant que tel" que de voir une "formalisation des droits et devoirs des parents".

"Il faut que les enseignants ne nous prennent pas comme des empêcheurs de tourner en rond mais comme des partenaires du monde éducatif", souligne Josette Daniel, présidente de la Peep.

"Les parents ne sont pas encore véritablement associés à la vie de l’école. la place institutionnelle qui leur est donnée est très insuffisante", relève à son tour Eric Raffin, président de l’Unapel (Union nationale des associations de parents d’élèves de l’enseignement libre), une fédération de parents du privé.

"Nous souhaitons que les parents remplissent des missions au sein des établissements, comme animer les bibliothèques par exemple et pas seulement accompagner des sorties, pour avoir des missions plus riches et plus porteuses" insiste M. Raffin. Il espère enfin que les parents jouent un rôle de médiateur : "pour aider les chefs d’établissements à contacter les parents en difficulté".

mis en ligne le mardi 23 mai 2006
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats