Le redoublement en seconde

"Le redoublement en fin de seconde se heurte à une contradiction entre deux conceptions de la classe de seconde, d’une part accepter des élèves afin qu’ils bénéficient de toutes leurs chances et qu’ils mûrissent un projet et, d’autre part, permettre à d’autres élèves de se préparer dans les meilleures conditions leur poursuite d’études (essentiellement dans la filière S).

Les représentations relatives au redoublement en fin de seconde sont en réalité liées aux représentations relatives au rôle de la classe de seconde".

Jean-Michel Paquet, IPR, introduit ce dossier du pôle pédagogique nantais en analysant les représentations relatives au redoublement en seconde. Une classe particulièrement difficile puisque près d’un élève sur cinq redouble en seconde (20,06%) soit quatre fois le taux habituel en collège. C’est le moment d’y réfléchir !

S’adressant aussi bien aux chefs d’établissement qu’aux enseignants, le dossier propose plusieurs fiches pédagogiques. "De façon schématique, la classe de seconde comporte quelques moments clés qui vont influencer la décision prise et in fine la réussite de cette classe.

Parmi ces moments, nous avons choisi d’en privilégier 4 : l’accueil des élèves, le diagnostic des difficultés des élèves, la remédiation et la construction de la décision".

Ainsi il invite les établissements à équilibrer les classes, à "construire une culture de la remédiation", à établir un diagnostic précoce et partagé sur les difficultés des élèves.

ETUDE

mis en ligne le mardi 16 mai 2006
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats