Suppression des postes d’enseignants mis à disposition

La Fédération des PEP réaffirme son opposition aux mesures gouvernementales annoncées et appelle au renforcement de la mobilisation.

Suppression de la mise à disposition d’enseignants et réductions des subventions : la Fédération des PEP réaffirme son opposition et appelle au renforcement de la mobilisation.

Les administrateurs de la fédération des PEP, réunis en conseil d’administration le 14 décembre 2005, ont pris la mesure du degré exceptionnel de mobilisation des militants de leur réseau, dans la quasi-totalité des départements et régions, en complète harmonie avec l’ensemble du mouvement associatif laïque, des syndicats d’enseignants et de la FCPE.

L’interpellation des élus locaux (députés, sénateurs, conseillers généraux ou régionaux, maires, ...) a permis d’enregistrer des centaines de courriers de soutien en retour, l’envoi de nombreuses questions écrites au Ministre de l’Education nationale et la présentation d’amendements lors du débat budgétaire à l’Assemblée Nationale et au Sénat.

Plusieurs centaines d’audiences ont été sollicitées et obtenues auprès des inspections académiques, des rectorats, des préfets et des DDASS...

L’organisation , dans les départements, de conférences de presse a donné lieu à :
-  plus d’une centaine d’articles dans la presse régionale et dans « Le monde »,
-  une dizaine de chroniques ou d’interviews sur les radios locales et sur France Infos,
-  plusieurs émissions / interviews sur France 3 région

Au plan national, dans le cadre de la plate-forme regroupant les associations laïques, les organisations syndicales enseignantes et la FCPE, deux rencontres décisives ont été obtenues auprès du ministre Gilles de Robien et à Matignon.

Au moment où la nécessité de rétablir, pour l’égalité de tous, les conditions et les moyens de la réussite éducative se fait plus pressante, le gouvernement et le Parlement persistent dans leurs intentions.

La situation des banlieues démontre une nouvelle fois l’impérieuse nécessité d’un travail durable sur la cohésion sociale à partir de l’Ecole.

Les PEP, ainsi que les sept autres associations complémentaires de l’enseignement public seront plus particulièrement touchées. La Ligue, les EEDF l’OCCE, les Céméa, les Francas, la JPA, la Foeven et les PEP sont à présent victimes désignées de ce dialogue de sourd avec le gouvernement qui leur propose un marché de dupes, sans engagement au-delà de la seule année 2005.

Les seules associations laïques seront ainsi fragilisées dans leurs capacités, pourtant reconnues, à agir.

Face à cette situation, le conseil d’administration des PEP :

-  fait valoir auprès du ministre de l’Education nationale la validité juridique des engagements de l’ÉTAT, établis par la convention quinquennale signée entre Jack Lang et notre fédération, qui précise notamment la mise à disposition de 70 enseignants, jusqu’au 1 janvier 2007, pour encadrer les actions des PEP qui correspondent aux priorités gouvernementales.

-  manifeste publiquement, avec l’ensemble du réseau, son opposition définitive et irréductible à des décisions gouvernementales irrecevables qui perdurent

-  appelle l’ensemble des associations laïques et leurs salariés, les syndicats enseignants, les associations de parents, les familles, ... à renforcer leur mobilisation avec des modalités d’action qui prendront en compte l’ouverture d’une campagne préélectorale pour l’élection présidentielle.

Afin d’expliciter les enjeux politiques et sociaux de ces dangereuses perspectives, de répondre aux interrogations des administrateurs et des permanents de leur réseau, d’entretenir la mobilisation et de préparer nos actions,le conseil d’administration a décidé la tenue de regroupements interrégionaux :
-  le 25 janvier 2006 à Paris, Toulouse, Le Mans et Metz
-  le 26 janvier 2006 à Rennes
-  le 1er février 2006 à Lyon et Marseille.

Une Assemblée Générale extraordinaire sera convoquée au cours du trimestre à venir, lors du regroupement annuel des permanents et de la conférence des Présidents, afin de définir la position de notre fédération en fonction des propositions finales du Ministère de l’Education Nationale pour 2006.

Aujourd’hui plus que jamais Les actions des PEP s’inscriventdans la continuité du service public d’éducation. Pour les mener à bien, la présence d’enseignants mis à disposition, et donc restant sous le contrôle de leur ministère d’origine, sont indispensables à la scolarisation des enfants en situation de handicap, au soutien scolaire, à la découverte du patrimoine, de l’environnement, des cultures du monde...

Nous refusons, donc, de troquer ces hommes et femmes pédagogues convaincus et militants contre des euros provisoires !

mis en ligne le dimanche 18 décembre 2005
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats