A l’école un samedi sur deux

A l’école un samedi sur deux Sources Mairie de Rueil

L ’aménagement du temps scolaire entretenait à Rueil un débat sans fin depuis des années. Pour le trancher, le maire, en accord avec les parents d’élèves, a souhaité organiser un référendum, appliquant ainsi un principe essentiel de la démocratie. Parents et enseignants sont tombés d’accord pour « un samedi sur deux travaillé ».

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 90 % de participation et 88 % de oui pour la proposition d’« un samedi sur deux travaillé » pour les élèves rueillois.

Grâce au « référendum » organisé en décembre auprès des quelque 5600 familles dont les enfants sont scolarisés dans les établissements maternels et élémentaires de la Ville, Rueil est en passe de répondre à une question récurrente depuis plusieurs années : comment réaménager le temps scolaire de la semaine ?« Plusieurs possibilités existent : semaine de quatre jours, report du samedi matin sur le mercredi et passage à un samedi sur deux travaillé, rappelle Denis Gabriel, maire adjointà l’éducation. Ces trois formules étaient discutées à Rueil depuis 1992, sans jamais aboutir car il faut l’accord à la fois des parents d’élèves, des enseignants et de tous les conseils d’école. Or il n’a jamais été possible de trouver une solution qui s’applique de façon identique sur toute la ville. »

Mobilisation des fédérations et associations

Le voici donc enfin, ce consensus tant attendu. Et c’est sur la formule « un samedi sur deux travaillé » qu’il a été trouvé, au terme d’un long travail de concertation et d’information de tous les acteurs concernés. « J’ai d’abord rencontré les parents d’élèves, au printemps dernier, pour leur demander s’ils souhaitaient que nous engagions une fois de plus des démarches en vue d’un réaménagement du temps scolaire », précise Denis Gabriel. En parallèle, le maire s’est assuré de l’avis favorable de l’inspecteur d’Académie des Hauts-de- Seine. Très attaché à la démocratie de proximité, Patrick Ollier a alors donné son accord aux fédérations et associations de parents d’élèves (APIRM, FCPE, PAARM et PEEP) pour que soit organisé, avec le soutien actif de la mairie, ce référendum. « Non seulement la participation a été exceptionnelle mais le résultat ne laisse aucune équivoque ! », se félicite le maire adjoint. Près de neuf familles sur dix sont en effet favorables à l’aménagement proposé.

Conseils d’école extraordinaires Même plébiscite chez les instituteurs. « Tous les enseignants de Rueil ont été consultés et toutes les écoles ont répondu, explique Anne-Marie Lefevre, inspectrice de l’Education nationale. Une majorité très nette, 85,5 % des 338 enseignants qui se sont exprimés, s’est portée sur le choix du changement, choix qui est arrivé en tête dans toutes les écoles. » Enfin, les conseils d’école réunis en séance extraordinaire le 27 janvier ont confirmé cette tendance en votant tous pour le changement. La balle est désormais dans le camp de l’inspecteur d’Académie. « Je lui ai adressé les résultats de ces consultations et une demande officielle de modification du calendrier scolaire pour notre ville, souligne Patrick Ollier. S’il l’accepte, le changement interviendra dès septembre 2006, dans toutes les écoles maternelles et élémentaires publiques. » L’inspecteur d’Académie choisira aussi à quelle période devra s’effectuer la récupération des trois jours qu’implique cet aménagement afin de respecter le cadre légal. « Ce sera probablement sur les grandes vacances 2006 ou 2007 », annonce Denis Gabriel, l’inspecteur d’Académie ne souhaitant pas, lui non plus, réduire les petites vacances.

mis en ligne le mardi 7 février 2006
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats