2 DECEMBRE 2005 Mémoire de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions

DEVOIR DE MÉMOIRE

Mémoire de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions NOR : MENE0502383C RLR : 554-9 CIRCULAIRE N°2005-172 DU 2-11-2005 /MEN/ /DESCO A9


Texte adressé aux rectrices et recteurs d’académie ; au directeur de l’académie de Paris ; aux inspectrices et inspecteurs d’académie, directrices et directeurs des services départementaux de l’éducation nationale

L’institution éducative accorde une place privilégiée aux réflexions sur la mémoire : à ce titre, le thème de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions s’inscrit dans la mission d’éducation, comme l’a rappelé le rapport du Comité pour la mémoire de l’esclavage remis au Premier ministre le 12 mai 2005. Cette mémoire participe en effet à la formation d’esprits éclairés et de citoyens responsables, tolérants et ouverts à autrui. Il convient de souligner auprès de la communauté éducative l’importance de cette dimension de notre mémoire nationale et d’inciter à mieux la prendre en compte dans les enseignements et dans les actions éducatives.

1 - Les enseignements De l’école primaire jusqu’au lycée, les programmes d’enseignement se prêtent à une présentation diversifiée de ce sujet. Ceux d’histoire-géographie, principalement en classe de 4ème et de première, offrent aux professeurs la possibilité de donner aux élèves de solides connaissances sur la traite négrière, l’esclavage et les révoltes qui ont précédé son abolition définitive. Par ailleurs, les enseignements d’éducation civique, de lettres, de philosophie, de langues étrangères ou encore d’éducation musicale et d’arts plastiques permettent des éclairages nombreux et variés. Les approches transversales, au croisement des dimensions historiques, linguistiques, littéraires et artistiques, sont par ailleurs les bienvenues. Le thème de l’esclavage pourra ainsi être abordé, par exemple, dans le cadre d’une réflexion pluridisciplinaire sur les droits de l’homme ; ou encore celui de l’apport créatif des cultures métisses par le biais d’un projet d’éducation artistique et culturelle.

2 - Les actions éducatives

Les maîtres du primaire et les professeurs de toutes les disciplines dans l’enseignement secondaire sont invités à se saisir de cette question pour proposer aux élèves diverses activités à l’occasion de journées de commémoration, de classes culturelles à thèmes ou d’expositions. Ils pourront inscrire la journée internationale pour l’abolition de l’esclavage (le 2 décembre) dans un projet structuré conduit tout au long de l’année autour de grandes thématiques fédératrices (droits, mémoire, solidarité, etc.). Pour les aider, des outils pédagogiques seront disponibles en ligne http://eduscol.education.fr et http://www.parcoursciviques.org.

Les sujets de l’esclavage, de la traite négrière et de la colonisation feront l’objet d’ateliers spécifiques dans le cadre d’un séminaire de formation intitulé “Comment dire ? Comment faire ? Quelles pratiques pour enseigner des questions sensibles dans une société en évolution ?”, qui se tiendra les 14 et 15 décembre 2005.

En outre, un colloque pluridisciplinaire spécifique sera organisé. Il aura pour objectifs, d’une part de renouveler le regard scientifique sur le sujet et d’autre part de consolider les pratiques pédagogiques.

3 - La mise en valeur des actions engagées

Les académies sont invitées à valoriser les initiatives locales. Elles veilleront notamment à signaler les meilleures réalisations au titre de la mémoire de la traite négrière et de l’esclavage dans le cadre du Prix des droits de l’homme- René Cassin qui, outre les contributions des équipes autour du thème choisi annuellement, peut également récompenser des projets ou des actions concrètes réalisés dans les écoles et les établissements (cf. circulaire du B.O. n° 16 du 21 avril 2005). À l’initiative du Comité pour la mémoire de l’esclavage, un prix annuel est dédié à une thèse sur l’esclavage ou ses abolitions. Les établissements d’enseignement supérieur veilleront à faire connaître ce prix, ainsi que les possibilités qu’il offre de publier les meilleurs travaux de recherche. Je remercie l’ensemble des équipes éducatives de s’associer à ces orientations et demande notamment aux corps d’inspection territoriale de suivre avec attention les modalités de sa mise en œuvre.

Pour le ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche et par délégation, Le directeur de l’enseignement scolaire Roland DEBBASCH

mis en ligne le jeudi 10 novembre 2005
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats