Remplacements courte durée SUITE

Le taux d’abstentéisme

Le chiffre 2,5 %

C’est le taux d’heures de cours non assurées dans le second degré en raison de l’absence d’un professeur pour une durée inférieure ou égale à quinze jours. Le ministère souhaiterait voir diminuer ce taux en enjoignant aux professeurs de remplacer leurs collègues absents, non pas au pied levé, mais dans le seul cas où cette absence était prévue. Ces remplacements se feront sur la base du volontariat avec une forte incitation financière, puisque les heures supplémentaires ainsi effectuées seront majorées et atteindront 36 euros pour un certifié, 51 euros pour un agrégé. Audace ultime du législateur : il est prévu que, si nul volontaire ne se présente, le chef d’établissement désigne lui-même le remplaçant. Une situation que les proviseurs et les principaux ne sont guère pressés d’affronter.

Malgré sa prudence, le texte provoque l’ire unanime de tous les syndicats et l’embarras de chefs d’établissement. La pétition de refus mise en ligne par le SNES a recueilli 45 000 signatures, soit plus de 10 % des profs du secondaire. C’est sous la pression des parents que le ministère de l’Education nationale avait introduit cette réforme.

Certains parents n’hésitent pas à porter des cas d’absences de professeurs devant les tribunaux administratifs. Chaque fois, ces derniers leur ont donné raison invoquant un manquement à l’obligation légale d’assurer l’enseignement de toutes les matières au programme.


Le Point du 13 octobre 2005

mis en ligne le dimanche 16 octobre 2005
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats