La FCPE dénonce la déshumanisation de l’école

SIGNER LA PETION EN LIGNE

Quelques jours après la rentrée scolaire, la FCPE constate avec satisfaction que la mobilisation des parents a payé et permis des avancées dans de nombreux départements.

Cependant, la FCPE n’est pas dupe : par exemple, les postes récupérés dans le primaire le sont au détriment de la scolarisation en maternelle où l’on constate que les moins de trois ans ne sont pratiquement plus scolarisés et dans certains cas même les enfants nés en 2002 ne sont pas accueillis. En outre, que ce soit dans le premier ou le second degré, les postes débloqués l’ont été sur le contingent des remplaçants. La situation risque d’être très tendue au moment où les premières absences vont être constatées.

Plus que jamais, en raison de la surcharge des effectifs par classe, de nombreux élèves ne trouvent pas d’affectation. Des élèves de terminale ne peuvent redoubler dans leur lycée. De même, de nombreux élèves n’ont pu obtenir la filière de leur choix dans l’enseignement professionnel ou technologique et se retrouvent sans affectation ou sont obligés d’accepter ce qu’on leur impose.

Ici, on affecte les élèves dans la filière choisie mais sans tenir compte de la distance par rapport au domicile et des possibilités d’accueil en internat.

Là, les pauses déjeuner sont réduites à une demi-heure ou les journées des collégiens atteignent 9 heures, alors que le vendredi après-midi ou le samedi matin sont libérés.

La FCPE dénonce une gestion comptable des élèves qui aboutit à une déshumanisation des rapports entre l’Education nationale, les élèves et les familles.

La loi d’orientation n’a cherché à régler aucun de ces problèmes pourtant mis en avant lors du débat national sur l’avenir de l’école. Au-delà du cadre législatif, il faut aussi que le gouvernement investisse financièrement dans l’Education. La FCPE invite tous les parents d’élèves à poursuivre la mobilisation en réclamant des moyens au service d’une politique ambitieuse pour l’Education nationale. Elle lance une pétition pour demander solennellement la mise en place d’un collectif budgétaire pour cette année scolaire et un projet de budget 2006 avec les créations de postes nécessaires.

La FCPE fera part de tous ces problèmes au ministre de l’Education nationale, samedi 10 septembre 2005, lors de la réunion des présidents départementaux de la fédération.

Contact presse : Laurence Guillermou, tel 01 43 57 16 16

mis en ligne le dimanche 23 octobre 2005
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats