TPE : F. Fillon embarrassé par leur évaluation

TPE : F. Fillon embarrassé par leur évaluation

Comment évaluer ce qui reste des TPE ? La question est double. Préparé sur deux ans, en première et en terminale des séries générales, ce travail de recherche est supprimé l’an prochain en terminale par F. Fillon. Les lycéens du bac 2006 ont travaillé cette année sans savoir que leur TPE de première serait évalué au bac. Ceux du bac 2007 et des suivants vont devoir faire en un an une tâche qui nécessitait deux ans. François Fillon vient de faire connaître au Conseil National de la Vie Lycéenne ses propositions.

Pour le bac 2007, il propose le maintien de l’évaluation actuelle. Une solution techniquement envisageable mais pédagogiquement ardue : comment maintenir les mêmes exigences au terme d’un an pour une épreuve totalement innovante et qui nécessitait deux années ? Il faudrait, au minimum, initier en seconde l’apprentissage au travail de recherche documentaire, ce qui n’est pas envisagé par la rue de Grenelle.

Pour le bac 2006, il considère deux options. L’une prévoit que l’appréciation portée sur les TPE pourrait permettre le rachat au bac d’un candidat à qui il manquerait moins de 10 points. L’autre permettrait au candidat de valoriser une des deux disciplines du TPE au bac, au choix du candidat, "par l’attribution de points supplémentaires, comme pour les options facultatives, en retenant, avec un coefficient 2, les points au dessus de 10 obtenus dans cette discipline à l’épreuve terminale du baccalauréat".

Le CNVL, a immédiatement fait connaître son choix pour la seconde solution. Mais dans les deux cas, le signal envoyé aux lycéens est clair : le travail réalisé cette année n’a pas de valeur. Un comble pour un enseignement plébiscité par 90% des lycéens au bac général et âprement défendu par eux à travers trois mois de manifestations. Discours du ministre

Communiqué du CNVL

mis en ligne le lundi 16 mai 2005
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats