Direction d’écoles : 3 syndicats réclament des "négociations"

Direction d’écoles : trois syndicats du primaire réclament des "négociations"

PARIS, 13 avr 2005 (AFP)
-  Le Syndicat des enseignants (SE-Unsa), le SNUipp-FSU et le Sgen-CFDT, les trois principaux syndicats du primaire ont réclamé mercredi l’ouverture "de vraies négociations" sur la situation des directeurs d’école et leurs revendications.

Les trois syndicats se sont opposés dans deux communiqués séparés (SE-Unsa d’une part, SNUipp et Sgen de l’autre) aux propositions du ministère, où ils ont été reçus la veille, d’augmenter les bonifications et les indemnités des directeurs d’école. Selon eux, le ministère s’est limité "au seul volet financier" de leurs revendications.

Depuis cinq ans, les directeurs d’écoles primaires réclament une augmentation de salaire correspondant à des charges qu’ils estiment de plus en plus lourdes. Ils demandent également des décharges de cours pour tous (partielles ou totales) pour faire face à ces charges.

Une grève administrative se poursuit d’année en année, bloquant les remontées de chiffres destinées aux statistiques du ministère.

Commentant la rencontre de mercredi, le SE-Unsa a estimé que, "sur les revendications prioritaires de temps et de moyens pour accomplir leurs missions", ils n’ont "rien" obtenu.

Le ministère "propose une enveloppe annuelle de 12 millions d’euros, soit moins de 15 euros par mois pour les 53.500 directeurs d’école.

12 millions pour les directeurs, 500 millions pour les médecins, ces chiffres traduisent la différence de considération du gouvernement", a-t-il encore déclaré.

De leur côté, le SNUipp-FSU et le Sgen-CFDT ont fait état des résultats de la consultation qu’ils ont organisée dans les écoles. Sur les 10% de réponses dépouillées (5.204), les syndicats ont calculé que "52% des directeurs d’écoles placent la revendication du temps supplémentaire au premier rang de leurs préoccupations" et que "près de 9 sur 10 jugent +pas vraiment satisfaisante+ ou +pas du tout satisfaisante+" l’augmentation proposée par le ministère.

Rejoignant la demande du SE-Unsa, le SNUipp et le Sgen-CFDT ont réclamé l’ouverture de "véritables négociations qui ne fassent pas l’impasse sur la question du temps pour la direction et le fonctionnement de l’école"

mis en ligne le lundi 18 avril 2005
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats