OUYAPACOURS

Il n’est pas acceptable que tant de cours ne soient pas assurés.

C’est pourquoi la FCPE vous propose de signaler sur ce site le non-remplacement d’un ou plusieurs enseignants dans l’établissement où vous êtes parents d’élèves. Une fois collectées et analysées, ces informations nous serviront de base pour revendiquer postes et remplacements pérennes au sein de l’Éducation Nationale.

Ce formulaire est à utiliser pour signaler tout problème d’affectation non encore résolu, ou absence non encore remplacée : Signalez ici tout remplacement de cours non effectué

N’oubliez pas de nous mettre en copie : ulrueil@gmail.com

Les informations que vous communiquerez ne sont pas nominatives et ne seront pas utilisées comme telles. [1]

Voir en ligne :
-  la note de service n° 2010-140 du 20-9-2010 concernant "l’amélioration du dispositif de remplacement des personnels enseignants dans les établissements d’enseignement du second degré public" ;

Les premiers chiffres :

[2]

P.-S.

Outil de signalement des heures de cours non remplacées depuis 2009 : le site internet ouyapacours fait peau neuve.

Plus ergonomique, facile d’utilisation pour les parents, le nouveau logiciel créé par la FCPE permettra aussi des analyses statistiques plus fines et plus précises au niveau national et départemental.

Véritable outil de synthèse, ouyapacours a l’ambition de faire pression sur les académies pour que tout enseignant absent soit remplacé. Les responsables départementaux de la FCPE seront désormais informés en temps réel des non remplacements dans tous les établissements.

-  300 000 journées d’absences non remplacées pour les absences de longues durées (plus de 15 jours) dans le secondaire
-  2 200 000 heures de cours non remplacées pour les absences de courtes durées (moins de 15 jours) soit 4500 ETP, dans le secondaire.

Cette situation est inacceptable !

Dans le primaire, la situation est moins dramatique que dans le secondaire surtout grâce aux 6000 emplois de stagiaires qui ont compensé les suppressions de postes de remplaçants qui disparaitront l’an prochain.

A la suite des demandes répétées de notre fédération, le ministre a adressé aux recteurs une note de service sur le remplacement des enseignants du second degré publiée le 17 octobre dernier.

Conformément aux exigences de la FCPE, celle-ci supprime le délai de carence de quinze jours pour assurer les remplacements. Le ministère reconnaît donc la légitimité de l’exigence de la FCPE de continuité du service public d’éducation pour tous les élèves.

La FCPE a réussi à imposer le point de vue selon lequel la continuité du service public impose que tout enseignant absent soit remplacé. Le ministre lui-même n’a alors pu que reconnaître sa responsabilité en la matière.

Cette note de service met en place un pilotage national, académique et local des dispositifs de remplacements. Premier pas vers un remplacement réel des enseignants, notre fédération réitère sa demande de rétablissement des 3 000 postes de remplaçants dans le secondaire supprimés en 2009, convaincue qu’une disposition organisationnelle ne saurait seule améliorer la situation.

La FCPE exige en même temps que les élèves bénéficient de l’ensemble des cours inscrits aux programmes nationaux d’enseignement, le remplacement ne devant pas se transformer en activités occupationnelles mais revêtir un caractère pédagogique.

De plus, elle demeure opposée à des remplacements qui seraient effectués par des personnels enseignants non qualifiés.

L’objectif du ministère ne peut en aucun cas se limiter à afficher un meilleur « taux de rendement » des remplaçants, d’autant que celui-ci est mécaniquement augmenté avec la suppression de 3000 postes de remplaçants en 2009.

Le pilotage académique et national doit maintenant être effectif, il ne peut se contenter de « déshabiller Pierre pour habiller Paul » en attendant que la colère des parents sur le terrain s’estompe ! Notes

[1] Nous ne revendrons pas, ni ne communiquerons en aucune manière votre adresse e-mail et vous ne serez inscrit à aucune autre liste de diffusion ou programme publicitaire. Vous disposez en outre d’un droit d’accès, de modification et de suppression des données vous concernant (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l’exercer, vous pouvez nous contacter à l’adresse suivante : contact@fcpe.asso.fr

[2] Depuis la rentrée de septembre 2011, 14 848 demi-journées ont déjà été signalées par les parents d’élèves comme autant d’heures de cours perdues car non remplacées.

Comme de nombreux remplaçants ont été affectés à l’année dès la rentrée, les problèmes de remplacement se sont multipliés dès la semaine qui a suivi la rentrée.

En tête du triste classement dressé par les parents, l’académie de Lyon remporte la palme, suivie de près par les académies de Toulouse, de Paris, de Créteil, d’Aix-Marseille et de Versailles ! Les disciplines les plus touchées sont le français, les mathématiques et les langues vivantes (principalement l’anglais).

Dans les Pays-de-Loire, 4 disciplines ne peuvent d’ores et déjà plus trouver de remplaçants. Dans le Tarn, l’Inspecteur d’académie instaure un délai de carence de 48 heures avant de remplacer les enseignants du 1er degré. A Paris, on fait appel aux recalés du concours de recrutement pour assurer les remplacements en primaire : démonstration est faite du terrible échec de la politique visant à supprimer en masse les postes de remplaçants. A la rentrée 2011, les élèves du 1er degré doivent compter avec 6000 remplaçants en moins, ainsi, au minimum 75000 enfants entre 3 et 10 ans de plus que l’an passé risquent de ne pas avoir d’enseignant en face d’eux en arrivant à l’école le matin.

Le gouvernement estime sans doute pourtant qu’il y a encore trop de remplaçants puisqu’il prévoit de supprimer encore 1077 postes de remplaçants au budget 2012 de l’Education nationale.

Les parents d’élèves exigent toute la transparence sur les besoins réels en matière de remplacement et sur les dispositions prises par le ministère pour les assurer.

La FCPE appelle les députés et les sénateurs à se saisir de cette question de transparence, à refuser les suppressions des postes de remplaçants au budget 2012 et faire rétablir ceux déjà supprimés.

La FCPE appelle à la mobilisation des parents pour qu’ils continuent à signaler les non remplacements sur « ouyapacours » ; elle appelle à défendre le remplacement des enseignants dès le premier jour par des enseignants formés.

mis en ligne le mercredi 15 février 2012
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats