Distributeurs alimentaires à l’école

Polémique sur les distributeurs alimentaires à l’école

vendredi 25 mars 2005

Les fabricants de distributeurs automatiques de boissons et produits alimentaires ne désarment pas. Ils veulent obtenir une révision de la loi de santé publique d’août 2004 qui interdit leurs machines dans les établissements scolaires à compter du 1er septembre 2005 afin de lutter contre l’obésité chez les enfants.

"LUTTE CONTRE L’OBÉSITÉ" La chambre syndicale nationale de vente et services automatiques (Navsa) a écrit au ministre de la santé, Philippe Douste-Blazy, pour lui demander d’organiser une table ronde. "Pour entamer le dialgue, montrer nos propositions d’évolution", explique Myriam Decoeur-Michel, déléguée générale de la Navsa. Les gestionnaires demandent le maintien des machines dans les écoles, au moins pour la distribution de boissons chaudes, non automatiquement sucrées. Au-delà, ils se disent prêts à "s’engager à participer à la lutte contre l’obésité, avec des messages d’éducation à la nutrition apposés sur les distributeurs", détaille Mme Decoeur-Michel.

A Matignon, on indique que le gouvernement pourrait proposer un compromis. Les distributeurs ont déjà tenté de faire modifier la loi à travers des amendements portés par des parlementaires lors des examens des projets de loi sur les territoires ruraux et l’école.

"Une remise en cause serait inacceptable", s’indigne le député (UMP) du Bas-Rhin, Yves Bur, à l’origine de l’article interdisant les distributeurs. "Cette loi ne prétend pas régler le problème de l’obésité, mais c’est un symbole fort, ajoute-t-il. S’il faut aller jusqu’à des messages sanitaires sur les produits eux-mêmes, on le fera."

LE MONDE

mis en ligne le samedi 26 mars 2005
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats