Un rapport dérangeant sur la violence scolaire

Bernard Gorce (La Croix) rend compte dans le numéro du 22 mars d’un rapport de l’Inserm sur la violence scolaire qui nuance et parfois contredit les études ministérielles.

D’abord par l’importance et la croissance du phénomène.

Ainsi, un adolescent sur trois aurait volé dans une boutique ou participé à une bagarre, un sur quatre dégradé des biens. L’enquête montre que si certaines conduites violentes n’augmentent pas, certaines le font fortement, par exemple le vol et les dégradations. Mais le principal apport de cette étude est la mise en évidence d’une généralisation du phénomène : il n’y a plus de différence entre collèges ruraux et urbains, Zep et non-zep, établissements publics et privés.

Second enseignement : la violence gagne les lycées, elle augmente en LEGT et surtout en LP. L’étude montre des différences régionales : les vols sont plus importants en Ile-de-France, les bagarres racistes dans le Nord-Est.

Plusieurs facteurs augmentent le risque de violence : il y a par exemple un fort lien entre la violence, l’absentéisme et l’échec scolaire. Inversement aimer l’école et avoir de bonnes notes sont des facteurs de protection des conduites violentes. Si les politiques de lutte contre le phénomène ont stabilisé les choses en zep, il est temps de généraliser le dispositif.

LIRE l’article LA CROIX

LIRE le rapport

mis en ligne le jeudi 24 mars 2005
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats