Une mission parlementaire prône la fin de la semaine de quatre jours à l’école

Y avait longtemps. Revoilà sur le tapis la question du rythme scolaire, et avec elle l’éternel débat sur la semaine de quatre jours.

La mission d’information de l’Assemblée nationale sur les rythmes scolaires prône d’« interdire » la semaine de quatre jours à l’école primaire pour « alléger les journées de l’enfant », ainsi que de « réduire les vacances d’été », dans un rapport rendu public mercredi.

La semaine de quatre jours « devrait être interdite », selon une synthèse du rapport : une telle mesure « apporterait une restriction à la liberté qui devrait être offerte aux acteurs locaux », mais « enverrait un signal fort de prise en compte de l’intérêt de l’enfant ».

La concentration de la classe en seulement quatre jours conduit en effet à des journées trop lourdes pour les enfants, ce que les chronobiologistes entendus par la mission ont qualifié de « délirant » et « aberrant ». « La place de l’aide individualisée doit être repensée »

Il faudrait donc « réduire la durée de la journée en fixant un plafond quotidien horaire », prône la mission. « Dans ce cadre, une heure d’étude surveillée pour tous les élèves pourrait être instituée, sans sacrifier pour autant l’aide personnalisée. La place de celle-ci devrait être toutefois repensée. Elle pourrait être intégrée dans le temps de la classe, le temps scolaire ordinaire, ce qui permettrait de mettre en oeuvre dans les écoles une pédagogie réellement différenciée », ajoute-t-elle.

Par ailleurs, concernant le calendrier scolaire, aussi bien en primaire que dans les collèges et lycées, le rapport insiste sur la nécessité de « respecter l’alternance entre sept semaines de classe et deux semaines de vacances prévue par le législateur », ce qui impliquerait d’allonger les vacances de Toussaint et de « réorganiser le troisième trimestre ».

Elle ajoute que « les vacances d’été devraient être raccourcies de deux ou trois semaines ». L’impact de ces mesures sur le tourisme « pourra être compensé par la définition d’un nouveau zonage, en deux zones, qui s’appliquerait également aux grandes vacances ».

Ces propositions doivent alimenter la « Conférence nationale sur les rythmes scolaires » qui doit aboutir à des annonces en mai-juin 2011.

(Source AFP)

mis en ligne le mercredi 8 décembre 2010
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats