« L’essentiel c’est de donner l’envie d’apprendre aux enfants »

Faut-il supprimer les notes en primaire ?

La question de la notation à l’école élémentaire me concerne à double titre. D’une part, l’université Paris-Descartes, que je préside, a une importante activité dans les sciences de l’éducation, et elle prépare à la formation des professeurs des écoles.

Par conséquent, tout ce qui concerne l’optimisation de la pédagogie en primaire m’importe au plus haut point. D’autre part, j’ai été effrayé par les conclusions de l’enquête Pisa (programme international pour le suivi des acquis des élèves) menée auprès de jeunes de 15 ans dans les 30 pays membres de l’OCDE et pays partenaires, qui évalue l’acquisition de savoirs et savoir-faire essentiels à la vie quotidienne au terme de la scolarité obligatoire. Les résultats montrent les performances épouvantables des élèves dans notre pays.

En France, l’école primaire exclut un trop grand nombre d’élèves, notamment ceux qui viennent des milieux socio-économiques les plus défavorisés, alors que le primaire devrait être le moment privilégié de les inclure. Mais, loin d’encourager et de stimuler les enfants, l’évaluation par les notes peut les exclure, les stigmatiser, les décourager et les amener à décrocher.

Et de fait, de 10 à 15 % des élèves de primaire décrochent ou n’accrochent jamais et seront perdus dans la suite de leur scolarité. Il ne s’agit évidemment pas d’abolir l’évaluation, mais le maître peut indiquer au petit élève l’appréciation de ses efforts, en disant par exemple à un très bon élève  : «  Tu travailles très bien, bravo, continue  !  », à un autre  : «  C’est assez bien, mais tu peux certainement faire mieux  », ou encore à un troisième  : «  Tu as les moyens de faire beaucoup mieux, car c’est encore insuffisant.  » Ainsi, le maître procède à une évaluation personnalisée permettant à l’élève de se situer dans la gamme de résultats des efforts qu’il consent plus ou moins, et l’enfant ne subit pas tout ce qui peut apparaître de brutal dans une note éventuellement connue par le reste de la classe, où les bons élèves ont tendance à se moquer de ceux qui ne le sont pas.

Il convient à tout prix d’éviter de décourager cette minorité d’élèves qui ont des difficultés à accrocher à l’école parce qu’ils viennent de milieux où cela ne va pas de soi, où ils ne sont pas forcément stimulés, où ils subissent les difficultés parentales. Et l’éducation nationale a les moyens d’y parvenir sans les notes  : une méthode d’évaluation personnalisée ne demande pas beaucoup plus de travail aux enseignants que les notes, elle permet aux élèves de se situer et évite ce qui peut être vécu comme des agressions par ces derniers. Parmi les enseignants, les avis sont très partagés sur l’utilisation des notes. Et les psychologues scolaires sont dans leur immense majorité en faveur de leur suppression. En fait, ce sont les parents qui apparaissent les plus attachés aux notes. Les parents ont été notés, nous avons tous tendance à reproduire ce que nous avons connu. Et pour eux, il est rassurant et satisfaisant de regarder le cahier de notes de leurs enfants pour estimer leur progression ou leurs difficultés. L’essentiel, au niveau du primaire, c’est que les enfants se sentent bien à l’école et qu’ils aient envie d’apprendre alors que cela ne leur est pas naturel. Je prends souvent l’exemple de l’apprentissage des petits enfants à la natation. Si, dès que vous mettez les enfants à l’eau, vous commencez à les évaluer durement, à vous moquer d’eux parce qu’ils barbotent, parce qu’ils nagent, au départ, comme des enclumes, au lieu de les encourager, le résultat est acquis  : ces enfants détesteront l’eau et la piscine, et ils ne nageront jamais bien. En revanche, si vous voulez qu’ils deviennent de bons nageurs, y compris des compétiteurs, car la compétition fait, hélas, partie de la société dure à laquelle on doit aussi les former, il faut dans un premier temps leur apprendre à aimer l’eau, à aimer nager. Je demande que le primaire apprenne aux enfants à aimer l’école, à aimer apprendre.

(*) http://suppressiondesnoteselementaires.org

Propos recueillis par A. M.

mis en ligne le dimanche 28 novembre 2010
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats