Evaluations en CE1 et CM2 : 7 à 13 % d’élèves en grande difficulté

Les évaluations des élèves de CE1 et CM2 ont montré cette année une stabilité du nombre des élèves en grande difficulté (7 à 13%) par rapport à 2009, tandis qu’une réflexion est en cours sur le calendrier adéquat pour faire passer ces tests controversés.

es trois quarts des élèves qui entreront en septembre en CE2 et les deux tiers des élèves qui entreront en 6e disposent de bons ou très solides acquis, selon les résultats des évaluations nationales passées durant l’année, publiés sur le site internet du ministère de l’Education.

Ces tests, passés en janvier pour les classes de CM2 et en mai pour les classes de CE1, étaient destinés à mesurer leurs acquis en français et en mathématiques. Les élèves devaient répondre à 60 questions dans la première discipline et 40 dans la seconde.

En CE1, 75% des élèves ont produit au moins 31 bonnes réponses sur 60 en français, contre 73% en 2009. 77% ont obtenu au moins 18 bonnes réponses sur 40 en mathématiques (75% l’an dernier). Soit un léger mieux que l’année passée, faisant dire au ministère de l’Education qu’il s’agit d’"un très léger frémissement".

La part des élèves rencontrant de grosses difficultés est sensiblement la même que l’an dernier : en français, 8% des élèves de CE1 ont des acquis insuffisants (contre 9% en 2009). Ils sont 10% pour les mathématiques, comme en 2009.

En outre 17% ont des résultats "encore fragiles" (contre 18%) en français et et 13% en mathématiques (15% en 2009). Du côté des élèves du CM2, 73% ont eu au moins de 29 bonnes réponses en français sur 60, contre 75% l’an dernier. 67% ont obtenu au moins 16 bonnes réponses sur 40 en mathématiques, contre 65% l’an dernier. En français, 7%, comme l’an dernier, ont des difficultés importantes. En mathématiques, ils sont 13% (15% en 2009).

A noter que 20% ont des acquis "encore fragiles" en français (18% en 2009) et 20% en mathématiques, comme l’an dernier.

Selon le ministère, ces résultats portent sur la collecte de 95% des évaluations. L’an dernier, ils portaient sur la collecte de 78% des évaluations de CM2 et 85% de CE1.

Selon deux syndicats, le SNUIpp-FSU (premier dans le primaire) et le Sgen-CFDT, les résultats des évaluations de CM2 avaient initialement enregistré une baisse de 8% en mathématiques, en raison notamment de plusieurs exercices plus difficiles que l’an dernier.

D’après le SNUIpp, cela a obligé le ministère à faire appel à son département statistiques et évaluation pour revoir les résultats, afin de pouvoir comparer les deux années scolaires. Depuis leur mise en place à la rentrée 2008-2009, les évaluations ont fait l’objet de nombreuses critiques. Celles-ci portent sur la "confusion" entretenue entre évaluations "bilan" et "diagnostic", la date de passation dans l’année, le mode de correction (codage binaire avec absence de réussites partielles), faisant ainsi douter de sa rigueur scientifique.

La crainte de mettre en concurrence les écoles était un autre argument avancé par certains maîtres d’écoles. Si bien qu’une concertation entre le ministère et les syndicats a été engagée ces dernières semaines, portant notamment sur la date de passation dans l’année des évaluations dans les deux niveaux, selon des sources concordantes.

Trois scénarios sont à l’étude : des évaluations "bilan" en fin de CE1 et fin de CM2, des évaluations "diagnostic" en début de ces deux niveaux, ou alors en début de CE2 et début de sixième.

L’idée d’ajouter un troisième moment d’évaluation, en cours de collège (en cinquième ou quatrième) est aussi une hypothèse.

mis en ligne le dimanche 1er août 2010
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats