Cliquer pour s’orienter : la nouvelle option de l’Education nationale

L’orientation scolaire se met au numérique.

Ce jeudi, le ministère de l’Education nationale et l’Onisep (Office national d’information sur les enseignements et les professions) ont présenté le fonctionnement de la plateforme Internet « mon orientation en ligne », un service d’information gratuit et personnalisé qui vise à répondre aux questions des élèves, étudiants, apprentis, parents et professeurs sur les métiers et les formations.

Expérimenté dans l’académie d’Amiens depuis septembre 2009, ce nouveau service a été généralisé dans toute la France le 20 avril dernier.

A partir de la base de données de l’Onisep, qui compilent des informations sur 230000 formations et cursus, près de 79000 établissements et 600 fiches métiers, des experts de l’Onisep répondent aux questions, soit en direct par le biais du tchat (50% de l’activité) et de la ligne téléphonique (10%), soit en différé par mail (40%).

Ce système ne satisfait pas Massira Baradji, secrétaire général de la Fidl, un syndicat de lycéens, qui considère que l’orientation doit se faire de visu. « Ça ne doit pas passer par le biais d’un outil. L’orientation doit se faire dans les établissements », regrette l’intéressé, qui milite pour une augmentation des postes de conseillers d’orientation-psychologues. « Aujourd’hui, il faut attendre deux à trois mois pour avoir un rendez-vous. Quand on en a un ! » Comment ça marche

A défaut de contacts humains, la plateforme essaie de ratisser large. Elle compte cinq antennes actives et connectées entre elles en France (Amiens, Bordeaux, Grenoble, Nantes et Paris) et une en Martinique, permettant une prise en charge localisée des demandes d’informations. Une autre antenne est actuellement à l’état de projet à la Réunion.

Ou trouver un lycée avec l’option « Sciences de l’ingénieur » ? Comment s’inscrire en BTS ? Les experts de l’Onisep ont les yeux rivés sur leurs deux ordinateurs, l’un servant au tchat ou aux mails et le second à recueillir les informations depuis la base de données. « Les "discussion"s durent entre dix minutes et un quart d’heure en moyenne, explique Hakima, l’une des experte. Lorsque la personne demande beaucoup d’informations, on lui donne le lien du site de l’Onisep pour qu’elle trouve d’autres réponses. »

La plateforme prend en charge l’intégralité des questions posées, en proposant, si nécessaire, un rendez-vous dans un CIO (centre d’information et d’orientation) ou dans une mission locale proche de la localité du demandeur. Mais là aussi, Massira Baradji regrette : « Le problème des CIO est qu’il faut qu’on se déplace. Il devrait y avoir des heures consacrées à l’orientation dans les établissements et un travail conjoint entre les conseillers et les professeurs. »

mis en ligne le jeudi 29 avril 2010
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats