La fin des grandes vacances ?

La fin des grandes vacances ?

Se réjouissant de l’annonce par Luc Chatel d’un débat sur les rythmes scolaires, les fédérations de parents d’élèves avancent déjà leurs idées : diminuer la durée des vacances pour diminuer la charge de travail quotidienne.

Un débat sur les rythmes scolaires ? Une bonne idée, se réjouissent à l’unisson les fédérations de parents d’élèves, qui rêvent de profiter de cette occasion pour chambouler l’organisation des cours en France. Dans leur ligne de mire, forcément, la semaine de quatre jours, imposée en 2007 par le gouvernement, et les vacances d’été, trop longues à leurs yeux. Les deux premières fédérations de parents d’élèves, la FCPE, classée à gauche, et la Peep, classée à droite, réclamaient cette conférence depuis des mois, sur la base d’études jugeant le rythme scolaire français trop exigeant pour les enfants. Luc Chatel les a enfin entendues en annonçant, à l’issue de deux jours de débats sur la violence à l’école la semaine dernière, la tenue de cette rencontre pour le mois de juin.

L’idée du président de la Fédération des conseils de parents d’élève (FCPE) est de tout modifier, histoire de mettre fin à une spécificité française. "Il faut changer le temps d’apprentissage qu’on demande aux élèves", a dit le jeudi sur France Info. "Il faut le répartir sur plus de jours dans l’année. On a les journées de classe le plus chargées et le plus petit nombre d’heures de classe", a noté Jean-Jacques Hazan, à la tête de la première organisation de parents d’élèves. La Fédération des parents d’élèves de l’enseignement public (Peep) s’est également félicitée d’avoir été entendue. "La Peep prônait tout particulièrement une remise en question en profondeur de l’ensemble du calendrier scolaire annuel trop inadapté actuellement à la charge de travail des élèves", souligne-t-elle dans un communiqué. Et l’industrie du tourisme ?

Interrogé lundi sur RMC et BFM TV, Luc Chatel a laissé entendre que les vacances d’été pourraient être modifiées de manière à récupérer des jours de classe et diminuer le nombre d’heures quotidiennes de cours, particulièrement élevé en France. Les amplitudes horaires sont trop élevées et les pauses déjeuner trop courtes, a-t-il estimé. "Ayons en tête que les grandes vacances que nous connaissons ont été inventées à une période où les petits paysans rentraient à la maison pour faire les moissons", a dit le ministre.

Prié de dire si les dates de ces vacances pourraient différer selon les zones, comme les autres, Luc Chatel a répondu : "Y réfléchir oui, mais sans a priori. C’est une piste de réflexion". "Je ne suis pas non plus naïf, je sais aussi qu’il y a des conséquences économiques à tout cela", a-t-il ajouté en référence à l’industrie du tourisme, son ancien portefeuille ministériel. La Peep a déjà affirmé qu’elle serait "particulièrement vigilante afin que les arguments économiques ne prennent pas le pas sur la qualité de vie de nos enfants".

mis en ligne le vendredi 16 avril 2010
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats