Différencier les filières sans établir de hiérarchie : le HCE juge la réforme du lycée

Différencier les filières sans établir de hiérarchie : le HCE juge la réforme du lycée

Le 10 décembre, le Haut Conseil de l’Education a remis des "observations" sur la réforme du lycée. Parmi les idées avancées , la définition de compétences propres aux filières du lycée et une charge en règle contre les SES.

"Une bonne articulation entre les différents maillons du système éducatif est essentielle pour le Haut Conseil. En amont, le socle commun définit les compétences attendues d’un élève à la fin de la scolarité obligatoire. Le Haut Conseil préconise que soient publiées les compétences dont le lycée permet la maîtrise". C’est sans doute l’apport le plus important des observations du HCE que cette approche par compétences du lycée. "À ces compétences correspondraient des parcours dans l’enseignement supérieur, afin de diminuer les taux d’échec élevés constatés au cours des deux premières années" ajoute le HCE. " Le principal avantage de l’approche par compétences réside dans le fait qu’elle permettrait de différencier les filières les unes des autres, sans pour autant établir de hiérarchie entre elles" précise Bruno Racine, président du HCE, dans l’entretien qu’il nous a accordé.

Seconde idée forte de ce texte, le rappel de la nécessité de formaliser les passerelles entre enseignement professionnel et technologique. "La mise en place de ces passerelles est clairement affirmée par la rénovation de la voie professionnelle, notamment dans le cadre du lycée des métiers dont elles constituent l’un des objectifs majeurs".

Mais ce sont les SES et , à un moindre titre, l’ECJS, qui sont dans le collimateur du Haut conseil. Il "approuve la mesure qui dissocie l’économie des sciences sociales et préconise que soient fixés, dans chacune de ces deux disciplines, des objectifs en termes de compétences à acquérir, ce qui rendra nécessaire la révision des programmes de SES et le remaniement des supports pédagogiques utilisés.

Pour l’économie comme pour les sciences sociales, l’enseignement doit se concentrer sur l’apprentissage des fondamentaux, c’est-à-dire des outils conceptuels et analytiques qui en constituent le socle, afin de donner aux élèves une vision plus scientifique de ces disciplines et d’instaurer dans ces domaines une continuité avec l’enseignement supérieur qui n’existe pas aujourd’hui". On ne saurait démolir davantage cet enseignement, invité à se recadrer ou à accepter de voir ses supports pédagogiques "remaniés". Quant à l’ECJS, le HCE souhaite "qu’en classe de première et de terminale, la demi-heure hebdomadaire consacrée à l’ECJS (éducation civique, juridique et sociale) (soit) intégrée aux autres enseignements". Au risque de la voir disparaître...

Bientôt le collège. Dans l’entretien qu’il nous a accordé, Bruno Racine annonce que le HCE remettra en 2010 un rapport sur le collège. Aussi tranchant ?

L’avis du HCE

mis en ligne le jeudi 10 décembre 2009
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats