Nicolas Sarkozy dévoile la nouvelle version de la réforme des lycées

Nicolas Sarkozy dévoile mardi à l’Elysée une version amaigrie de la réforme des lycées, suspendue fin 2008 après plusieurs semaines de contestation, qui assouplit l’orientation, revalorise les filières technologique et littéraire et développe le soutien personnalisé.

Largement inspirées du rapport remis par Richard Descoings, les orientations que doit décliner le chef de l’Etat ne constituent en aucun cas une "réforme globale" du lycée mais visent plus modestement, selon l’Elysée, à "apporter des réponses rapides et concrètes aux problèmes concrets" soulevés lors de la concertation menée par le directeur de Sciences-Po Paris.

Nicolas Sarkozy veut d’abord assouplir le système d’orientation des lycéens, jugé trop rigide, en leur offrant un "droit à la réorientation" au travers de passerelles entre les filières après la classe de seconde.

Des stages de remise à niveau seront ainsi proposés, pendant les vacances scolaires, aux candidats à un changement de filière et la véritable spécialisation repoussée de la classe de première à la classe de terminale. Le chef de l’Etat souhaite également que des "liens permanents" soient établis entre les lycées et les entreprises ou les universités.

Nicolas Sarkozy souhaite ensuite briser l’hégémonie de la filière scientifique (S), qui attire la moitié des lycéens, en musclant la section technologique (STI), appelée à devenir un "véritable parcours qui débouche sur les emplois d’ingénieurs et de techniciens dont l’économie a besoin".

Ses programmes seront changés, ses élèves auront droit à un contingent de places réservées en BTS et en IUT et des classes préparatoires aux écoles d’ingénieurs spécifiques leur seront réservées, selon la présidence.

Le chef de l’Etat doit également annoncer une revalorisation de la filière littéraire (L), qui doit devenir une "filière d’excellence tournée vers l’international", avec pratique renforcée des langues étrangères.

Nicolas Sarkozy doit par ailleurs annoncer mardi l’extension progressive au lycée du soutien personnalisé des élèves, déjà en place en primaire et au collège, à raison de deux heures par semaine.

Dans le discours qu’il doit prononcer mardi à 11h00 devant un parterre d’élèves, d’enseignants et de cadres de l’Education nationale, le président va aussi plaider pour un renforcement de l’apprentissage des langues étrangères, avec l’ambition que "les lycéens soient bilingues ou trilingues au bac".

Le chef de l’Etat veut enfin "valoriser et développer l’éducation et la pratique artistiques" et, comme il l’a déjà fait dans le "plan jeunes" dévoilé il y a quinze jours, renforcer l’autonomie des jeunes.

Ces mesures seront précisées "d’ici à la fin de l’année" à l’issue d’une concertation entre le ministre de l’Education, Luc Chatel, et les partenaires sociaux mais seront menées "à taux d’encadrement constant", prévient-on dans l’entourage du président.

Centrée sur la classe de seconde, la première mouture de la réforme, dont la mise en place était prévue à la rentrée 2009, avait été suspendue en décembre 2008 dans un contexte général de crise et de grogne lycéenne.

mis en ligne le mardi 13 octobre 2009
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats