L’absentéisme varie fortement d’un établissement à l’autre (étude)

L’absentéisme varie fortement d’un établissement à l’autre (étude)

L’absentéisme touche 5% des élèves en moyenne, avec de fortes disparités selon les établissements, allant jusqu’à un tiers des élèves dans un lycée professionnel sur dix, indique une étude du ministère de l’Education nationale.

L’absentéisme est défini par quatre demi-journées ou plus d’absences par mois, sans "régularisation" (excuse des parents) : "pour l’année scolaire 2006-2007, tous mois et types de collèges et lycées confondus, 5% des élèves sont absents" selon ces critères retenus pour caractériser l’absentéisme.

L’absentéisme touche très inégalement les établissements : moins de 2% des élèves dans la moitié des établissements, mais 15% d’entre eux dans un sur dix, relève cette note d’information de la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) du ministère.

Ce sont les lycées professionnels qui sont le plus touchés, deux fois plus que les lycées d’enseignement général et technologique (LEGT), qui ont eux-mêmes deux fois plus d’absentéisme que les collèges, selon cette étude publiée en juin, portant sur l’année scolaire 2006-2007 dans le second degré.

"En janvier 2007, la proportion d’élèves absentéistes, de 5,4% en moyenne, s’établit à 2,4% en collège contre 4,6% en LEGT et 10,9% en lycée professionnel", indique l’étude.

Même entre lycées professionnels, les disparités sont importantes et l’école buissonnière est le fait d’une minorité d’entre eux : "Pour les lycées professionnels, en janvier 2007, l’absentéisme touche moins de 6% des élèves dans la moitié des établissements, 15% des élèves dans un quart d’entre eux et plus de 30% dans un sur dix".

Stable d’une année sur l’autre, il augmente en cours d’année scolaire, passant de 2,4% en septembre 2006 à 5,4% en avril 2007, avec un pic à 6,5% en mars.

L’absentéisme "lourd" (10 demi-journées d’absences non régularisées par mois) est limité : 1% en moyenne sur l’ensemble des établissements. Mais un quart des lycées professionnels dépasse cette moyenne.

L’étude souligne également qu’un élève perd aussi du temps d’enseignement lorsque celui prévu ne peut être dispensé : non-remplacement d’enseignants absents, fermeture des établissements pour examens.

La part de temps d’enseignement perdu en raison d’heures d’enseignement non assurées est évaluée à 4,7% du temps d’enseignement dans les collèges, 6,5% dans les lycées professionnels et 9,1% dans les LEGT.

mis en ligne le mardi 6 octobre 2009
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats