Lutte contre la grippe A : Luc Chatel veut rassurer les familles avant la rentrée scolaire

Après avoir réuni la cellule de crise ministérielle et les correspondants académiques "pandémie grippale", le 18 août, le ministre de l’éducation Luc Chatel a officiellement présenté à la presse le plan de l’éducation nationale contre une éventuelle pandémie de grippe A (H1N1). Mode d’emploi.

Va-t-on vers une fermeture totale des établissements scolaires ?

"En cas de pandémie totale, le gouvernement est prêt à fermer les écoles", a rappelé plusieurs fois Luc Chatel ces derniers-jours. Mais ceci n’est qu’une des hypothèses envisagées par le ministre de l’éducation. A l’heure actuelle, "la fermeture totale des écoles n’est pas d’actualité. On va accueillir tous les enfants à la rentrée et on va informer les parents", a rappelé M. Chatel, le 16 août, dans le Journal du dimanche. La décision de fermer une classe ou une école sera prise au cas par cas et du jour au lendemain afin de limiter la contagion.

Quelles sont les modalités de fermeture ?

Si au moins trois cas de syndromes grippaux sont constatés dans une même classe en moins d’une semaine, "une fermeture peut être envisagée", explique le ministère de l’éducation, "mais elle n’a pas de caractère automatique". Selon les cas, il sera décidé de ne fermer qu’une seule classe, ou bien plusieurs, ou bien encore tout l’établissement, voire ceux qui se trouvent à proximité.

Qui prendra la décision ?

"Ce sont les préfets", assure le ministère. "Ces décisions seront prises avec les représentants de l’éducation nationale et en liaison avec les collectivités locales".

Comment seront informés les parents ?

Dans les cas de fermeture d’établissement, les parents seront avertis directement par les chefs d’établissement ou le directeur d’école. "Les sites Internet des rectorats recenseront également les fermetures et réouvertures d’établissements scolaires", précise le ministère. Douze millions de familles vont recevoir le jour de la rentrée une brochure de quatre pages, intitulée "Vous informer sur la grippe A (H1N1) et la scolarité de votre enfant". Y seront détaillés, outre les questions de fermeture des établissements, les "gestes barrières" pour éviter la contamination (se laver les mains plusieurs fois par jour, utiliser un mouchoir jetable pour éternuer ou tousser...), les gestes à adopter en cas de contamination et la "continuité pédagogique" en cas de fermeture de nombreuses écoles.

Quelles sont les conditions de rouverture des établissements ?

Le préfet prendra cette décision, à trois conditions : l’établissement devra avoir été fermé pendant "au moins six jours consécutifs" ; les élèves et les personnels devront avoir achevé la période de "contagiosité", estimée à sept jours ; les locaux "devront avoir été nettoyés entièrement". En revanche, aucun certificat médical ne sera exigé des élèves pour pouvoir revenir en classe.

Que faire si un enfant présente des symptômes ?

L’école accueillera tous les enfants dans le cadre de l’obligation scolaire mais, a récemment précisé Luc Chatel, "il faut aussi faire appel au bons sens et à l’esprit de responsabilité des parents : s’ils constatent qu’un enfant présente des symptômes grippaux, ceux décrits en particulier dans la brochure que nous leur adresserons, il est prudent de solliciter un médecin ou de rester au repos à la maison".

S’ils ne sont pas accueillis, que faire des enfants ?

Pour le ministère et les associations de parents d’élèves, il faudra faire jouer la solidarité, familiale ou de voisinage. "Aucun mode de garde alternatif n’est mis en place, précisément pour éviter le regroupement d’enfants qui favorise la diffusion du virus", précise le ministère.

En cas de fermeture nationale des établissements scolaires, que fera le ministère ?

Pour assurer la "continuité pédagogique" dans ce cas extrême, le ministère fera appel à France 5 et France-Culture. "Au total, 264 heures d’émissions télévisées et 288 heures d’émissions radiophoniques sont préparées, pour tous les niveaux d’enseignement", du primaire au bac, rappelle le ministère. Si les élèves du primaire n’auront accès qu’à ces programmes, les élèves du secondaire auront accès à des enseignants référents dans les établissements. "Ils seront des correspondants pour les élèves, et des relais entre eux et les enseignants restés à leur domicile pour le suivi et l’aide aux devoirs", précise le ministère. Enfin, les élèves pourront travailler sur Internet grâce à "l’académie en ligne", développé par le ministère.


Pour en savoir plus :

www.academie-en-ligne.fr

www.pandemie-grippale.gouv.fr

mis en ligne le mercredi 19 août 2009
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats