Accès à l’emploi et carrière : le rôle de la formation initiale reste déterminant

Accès à l’emploi et carrière : le rôle de la formation initiale reste déterminant

Arnaud Degorre, Daniel Martinelli, Corinne Prost Résumé

L’insertion professionnelle des jeunes qui sortent du système éducatif reste fortement inégale selon leur formation. La probabilité d’être au chômage est beaucoup plus faible pour les jeunes qui ont obtenu un diplôme de l’enseignement supérieur que pour ceux qui ont au plus un brevet des collèges.

Les jeunes diplômés du supérieur perçoivent des salaires nettement plus élevés que ceux des sortants de l’enseignement secondaire. Le niveau d’études a beaucoup augmenté : à l’issue de leur formation initiale, les deux tiers des jeunes possèdent désormais le baccalauréat ou un diplôme de l’enseignement supérieur. Mieux formés, les jeunes occupent des emplois globalement aussi qualifiés que les populations plus anciennes sur le marché du travail.

Mais le salaire des jeunes diplômés de l’enseignement supérieur long est en moyenne moins élevé en 2007 que celui des débutants de même niveau en 1990.

La proportion de jeunes sortant du système éducatif sans qualification a fortement diminué mais leur taux de chômage a augmenté, atteignant 37 % en 2007, un à quatre ans après leur sortie du système éducatif.

Face aux inégalités d’insertion en début de vie active, la formation continue peut donner une deuxième chance et contribuer à sécuriser les parcours professionnels. Néanmoins, elle reste surtout utilisée pour une adaptation au poste de travail et a tendance à bénéficier aux personnes qui ont déjà un haut niveau d’études et/ou un emploi qualifié. La formation continue diplômante est toutefois en plein essor depuis dix ans. La validation des acquis de l’expérience, qui concerne encore des flux modestes, se développe également.

mis en ligne le jeudi 25 juin 2009
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats