Lycée : le rapport Descoings sera "largement débattu"

Lycée : le rapport Descoings sera "largement débattu" LE MONDE | 03.06.09

Aucun tir de barrage n’a accueilli les "préconisations" sur la réforme du lycée rendues publiques mardi 2 juin par Richard Descoings, le directeur de Sciences Po Paris.

Son projet a suscité des critiques, souvent motivées par son manque d’audace, mais aussi des marques d’intérêt. En outre, l’Elysée et le gouvernement ont donné l’assurance qu’il y aura une suite. Chargé en janvier par Nicolas Sarkozy d’une mission de réflexion et de concertation après le retrait du projet du ministre de l’éducation, Xavier Darcos, M. Descoings a remis au chef de l’Etat ses premières propositions. Celles-ci "doivent faire rapidement l’objet d’un débat et d’une analyse approfondie", a réagi l’Elysée, souhaitant "des mesures opérationnelles que le gouvernement devra appliquer en concertation avec l’ensemble des partenaires sociaux".

Reprenant les principaux points du rapport, l’Elysée cite ainsi : l’aide à l’orientation, l’accompagnement des élèves, la revalorisation de la voie technologique, le rééquilibrage des séries littéraire, scientifique et économique du bac général, la maîtrise des langues vivantes et la valorisation de l’engagement des jeunes.

"PROLONGER LE TRAVAIL"

Evoquant le voeu du président que ces préconisations "soient largement débattues", M. Darcos a promis, lors des questions au gouvernement mardi à l’Assemblée nationale, de "les distribuer, les faire connaître, de sorte que nous puissions faire remonter les synthèses des (...) réactions à ce document".

Le ministre souhaite aboutir à une synthèse de différentes contributions : celle, "très utile" de M. Descoings, mais aussi celle rendue le 27 mai par le député UMP de la Marne, Benoist Apparu, à l’issue d’une mission parlementaire. Le tout devra tenir compte des expérimentations en cours dans 123 lycées. Le ministère souhaite "prolonger le travail" sur le rééquilibrage des filières du baccalauréat.

Le SNES-FSU, principal syndicat enseignant du secondaire, juge que le texte de M. Descoings contient "peu de propositions concrètes", mais apprécie que l’on "laisse du temps au débat". Le SE-UNSA, partisan d’une "réforme ambitieuse", laisse percer sa déception en relevant que des sujets tels que l’organisation de la scolarité, de l’emploi du temps des lycéens et des missions des enseignants "sont esquivés".

M. Apparu juge que l’on ne peut pas comparer ses propositions à celles de M. Descoings : ce sont "des exercices différents". "Moi, dit-il, je peux décrire le lycée tel que je voudrais le voir, lui, il a une feuille de route pour déterminer ce qui peut être fait ou non pour 2010." Plutôt que de critiquer la modération des propositions de M. Descoings, le député souligne que "si, déjà, on arrive à faire ça, ce serait une vraie première étape".

Luc Cédelle

mis en ligne le mercredi 3 juin 2009
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats