La réforme du lycée passe par une véritable décentralisation

La réforme du lycée passe par une véritable décentralisation

"Le système actuel est absurde". Alors que la réforme des lycées est dans l’impasse, le 26 janvier, Jean-Paul Huchon, président du conseil régional d’Ile-de-France, a mis en évidence les freins apportés à la modernisation des établissements par une décentralisation inachevée.

S’adressant aux proviseurs franciliens, J.-P. Huchon a présenté un programme très ambitieux d’espace numérique de travail. Mis en place durant l’année scolaire 2009-2010, le conseil régional en attend une véritable évolution des lycées. "La généralisation de cet outil pédagogique dans chacun des 471 lycées franciliens", écrit JP Huchon, "ainsi que le renforcement des achats de clés USB, de tableaux numériques interactifs et l’accélération du remplacement des ordinateurs obsolètes vont ainsi permettre d’assurer une véritable égalité numérique entre les élèves. Cette véritable révolution culturelle et pédagogique doit servir d’exemple. Elle prouve qu’il n’est pas toujours besoin de créer de nouvelles missions ou commissions sur la réforme du lycée pour changer son fonctionnement". Et la région annonce un effort de 58M pour l’ensemble des équipements TIC. Interrogé par le Café, le service éducation précise que, en plus des frais liés à l’ENT, la région changera les ordinateurs plus fréquemment et équipera les lycées à hauteur de 5 ou 6 TNI par établissement.

Or cet effort n’a de sens que si la maintenance des appareils est efficace. "Pourquoi les Régions auraient en charge l’équipement informatique des lycées mais n’auraient pas en charge la maintenance des ordinateurs, compétence que l’Etat a souhaité conserver ?" interroge JP Huchon. "Le système actuel est absurde. Nous achetons des ordinateurs dernier cri mais il n’y a personne pour brancher la prise ou mettre du toner dans l’imprimante !.. J’ai toujours affirmé clairement mon souhait de voir cette compétence transférée. Je n’ai pas changé d’avis. Or, rien n’a été fait. Pourtant l’Etat ne peut pas en assurer la charge".

Jean-Paul Huchon demande "une décentralisation véritable qui clarifie les grands champs de compétences des uns et des autres". C’est sans doute une des conditions nécessaires à une véritable intégration des TIC.

mis en ligne le lundi 26 janvier 2009
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats