5 000 emplois aidés : le compte n’y est pas !

5 000 emplois aidés : le compte n’y est pas !

Le ministre veut recruter 5 000 « médiateurs de réussite scolaire » pour remédier à l’absentéisme des élèves. La FCPE attend que le ministre définisse clairement leurs missions. Pour l’instant, cette annonce se situe plus dans la lutte contre le chômage que contre l’échec scolaire.

Repérer les élèves absentéistes, pour avertir leurs familles et tenter de les « raccrocher », c’est précisément le rôle du conseiller principal d’éducation et c’est ce que faisaient naguère les emplois-jeunes et les surveillants. Créer 5 000 emplois de « médiateurs de réussite scolaire », c’est largement insuffisant face aux dizaines de milliers de postes supprimés ces dernières années dans les services de la vie scolaire des établissements. Le solde reste largement négatif !

Ce n’est pas non plus avec 13 500 suppressions de postes d’enseignants, s’ajoutant là aussi à des dizaines de milliers de postes déjà supprimés, que l’on améliorera la pédagogie et la réussite des élèves, souvent l’un des premiers déclencheurs de l’absentéisme puis du décrochage.

La FCPE rappelle que l’absentéisme scolaire a des causes multiples, dont l’une est de la responsabilité directe de l’institution scolaire, lorsque celle-ci est dans l’incapacité de résoudre les difficultés du jeune, qui peu à peu se décourage et perd pied. Ou lorsqu’elle met en place des emplois du temps incohérents. Et que dire des nombreux remplacements non assurés qui renvoient chez eux certains élèves pendant parfois plusieurs semaines ? Faut-il encore ajouter l’orientation qui ne tient pas compte du choix des élèves ?

Quant au lien social dans les quartiers, qui permettait bien souvent d’éviter des décrochages, il était assuré par les associations, maisons de quartier avec des éducateurs grâce aux emplois aidés massivement supprimés par le gouvernement.

Pour la FCPE, le problème de l’absentéisme scolaire nécessite un traitement à la fois social et éducatif, grâce à la mobilisation de la communauté éducative dans son ensemble autour du jeune en voie de décrochage : parents, chefs d’établissement, conseillers d’éducation, enseignants, personnels administratifs et de santé, mais aussi missions d’insertion et travailleurs sociaux extérieurs à l’Ecole.

mis en ligne le vendredi 23 janvier 2009
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats