Reforme des lycées : Division des syndicats ?

Xavier Darcos a reçu mercredi 8 le Sgen et le Snes sur la réforme du lycée. Le Snes a fait savoir à l’AFP qu’il y avait "un point de blocage "sur les horaires. Le syndicat, qui a déjà fait part d’oppositions aux fondements de la réforme, annonce une conférence de presse aujourd’hui. Elle pourrait annoncer son départ des négociations et marquer la division officielle des syndicats sur cette question. En attendant le Snes a lancé une nouvelle pétition demandant le maintien des horaires et du groupe classe.

A l’issue de cette rencontre, le Sgen a publié un document de 4 pages qui liste les points d’accord et les attentes du syndicat. Pour lui, "le Lycée, tel qu’il se dessine et si la démarche initiée se confirme, sera une chance à saisir". Le Sgen estime qu’il faut "combattre les œillères comptables pour que le changement soit possible". Mais le syndicat entend "peser pour obtenir une réforme du lycée qui permette une amélioration des conditions de travail des personnels : moins d’heures en face à face traditionnel, plus d’accompagnement des élèves et un travail en équipe facilité".

Le Sgen approuve la modularisation proposée par JP de Gaudemar et la fin du groupe classe. "Pour en finir avec le redoublement, générateur de démobilisation et accélérateur d’échec, il faut rompre avec le triptyque, un an, une classe, une série. Chaque élève doit pouvoir progresser à des rythmes différents suivant les matières étudiées. Les modules permettent cette variation de rythmes des élèves". Mais le syndicat estime que l’organisation en modules exige des heures de concertation chez les enseignants.

Le désaccord apparaît sur le "bloc 3", c’est-à-dire les modules d’accompagnement.

Pour le Sgen, leur nombre est insuffisant. "Les modules de remise à niveau ne peuvent figurer en parallèle des modules d’approfondissement prévus dans le groupe 2. C’est pourquoi nous proposons de les affecter au bloc 3. Par ailleurs, le service des enseignants doit pouvoir intégrer les heures qui sont dévolues à ce bloc d’accompagnement". Ce qui implique une redéfinition des services demandée par le Sgen. "Les modules du groupe 3 devront être en grande partie encadrés par des enseignants et cela non pas en heures supplémentaires, mais dans le temps de service. Plus que jamais, le Sgen-CFDT demande une redéfinition de ce service, intégrant toutes les tâches".

Un autre point de désaccord est le calendrier. Pour le ministre la réforme doit s’appliquer à la rentrée 2009. Le Sgen demande un report. Il demande "que des moyens conséquents soient accordés pour l’année 2009/2010 consacrée à la réflexion dans les établissements".

Par ailleurs, T. Evennou de l’UNL a indiqué à l’AFP "qu’aucune matière actuellement obligatoire ne devient une option... Les mathématiques et l’histoire-géo resteront obligatoires". Reste à savoir si ce sera sur l’ensemble du lycée ou seulement en seconde. Selon lui, le ministre réfléchit à regrouper les sciences de la vie et de la terre et les sciences physiques et chimie en un seul groupe "sciences", à l’image de ce qui est expérimenté au collège.

mis en ligne le jeudi 9 octobre 2008
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats