Xavier Darcos pointe le coût de certaines options

"Il n’est pas possible de se désintéresser de ce que coûte l’éducation à la nation et de ce qu’elle obtient en contrepartie des dépenses auxquelles elle consent", déclare le ministre de l’Education, "le lycée français est sans aucun doute trop dispersé".

Le ministre de l’Education nationale, Xavier Darcos, s’interroge sur le coût de l’éducation par rapport au service rendu à la nation et pointe certaines options coûtant "extrêmement cher avec une utilité sociale limitée", dans une interview à France-Soir, vendredi 18 avril.

"Il n’est pas possible de se désintéresser de ce que coûte l’éducation à la nation et de qu’elle obtient en contrepartie des dépenses auxquelles elle consent", y déclare le ministre.

"Le lycée français est sans aucun doute trop dispersé, avec un nombre d’options considérables, dont certaines coûtent extrêmement cher avec une utilité sociale limitée", ajoute-t-il, sans donner davantage de précisions sur les options visées.

"Détermination intacte"

Il voit par ailleurs "un aspect rituel dans les manifestations (de lycéens), qui montrent que le système ne va pas bien, qu’il y a une souffrance qui ne sera pas réglée en ajoutant ou en supprimant des enseignants". Face à ces manifestations, le ministre affirme que sa "détermination est intacte" et qu’il a "évidemment le soutien du président de la République (Nicolas Sarkozy) et du Premier ministre" François Fillon.

mis en ligne le dimanche 20 avril 2008
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats