SNUIPP : L’Ecole en mauvaise direction

Programmes, évaluations, budget, salaires, les diverses mesures prises ces dernières semaines pour l’école et ses personnels sont mal orientées. Avec pourtant, selon le ministre, l’obligation de résultat pour les enseignants. Dans le cadre d’une semaine d’action lancée par la FSU, le SNUipp appelle à une journée de mobilisation le 19 mars. Pour une autre école pleine de ressources.

Le début de l’année 2008 n’aura pas manqué de surprises pour l’école. Dans le grand tourbillon des annonces, qui apparaît désormais comme une méthode d’action gouvernementale, Xavier Darcos a tenu à ne pas être en reste, voire à imiter son patron. Sans écoute, ni confiance.

Imitation par exemple lorsqu’il s’agit de soutenir l’annonce d’un parrainage d’un enfant victime de la Shoah par un élève de CM2 alors que les critiques n’ont pas manqué Imitation encore lorsque l’on évoque la publication chaque année des deux évaluations nationales « témoins » pour mesurer les acquis des élèves de CE1 et de CM2.

Chaque famille devrait recevoir à la fois les résultats de son enfant et ceux de l’école dans laquelle il est scolarisé. En quoi une telle mesure aide t-elle les enseignants à mieux faire réussir les élèves, si ce n’est à créer une pression voir même de la défiance envers ces derniers ? Idem concernant l’évaluation renforcée des enseignants que demande Nicolas Sarkozy « tous les deux ans au lieu de quatre en moyenne, qui s’attachera d’abord au progrès des élèves ».

Annonce enfin avec une modification des programmes qui change l’esprit de ceux de 2002 et les pratiques, en ce qu’ils prenaient en compte les connaissances utiles à notre époque et pensaient la transversalité des savoirs. Xavier Darcos lui s’est contenté des bureaux du ministère, préférant l’ expertise bureaucratique à la collaboration et l’expérience des enseignants et de la recherche.

A l’évidence, le ministre en semble convaincu. Et pourtant, il aurait sans doute suffi d’écouter les enseignants pour savoir que la Shoah était étudiée en classe, de les entendre encore pour comprendre que la culture des chiffres n’épouse pas celle de la réussite des élèves, et que la pertinence des programmes ne s’évalue aux seules approches transmissives.

Sans s’en donner les moyens, sans les enseignants et le budget, peut-on vraiment obtenir des résultats de réussite pour tous les élèves que la société est en droit d’attendre ? De même, la reconnaissance des personnels passent par de nécessaires mesures salariales alors que la revalorisation de 0,8% du point d’indice annoncée par le ministre du budget ne compense pas la perte de pouvoir d’achat au coeur des préoccupations des français. Un réel manque qui vient s’ajouter à celui enregistré depuis 2000.

Les orientations budgétaires insuffisantes laissent entrevoir des opérations de carte scolaire après les élections municipales qui ne permettront pas de répondre aux besoins des écoles. Sur tous ces points, le 19 mars prochain, le SNUipp lance une journée d’action et d’expression. Dans les départements, rassemblements, manifestations, conférence de presse vont se dérouler dans un cadre que le syndicat souhaite le plus large.

Cette journée sera l’occasion de distribuer en direction de l’opinion publique un document à plus d’un million d’exemplaires. L’école a besoin de ressources : maternelle soutenue, effectifs allégés, enseignants supplémentaires pour travailler autrement à la prise en charge des élèves en difficulté sur le temps scolaire, temps pour se mieux se former, travailler en équipe afin d’appréhender la complexité de l’acte pédagogique, nouveaux personnels avec un vrai métier pour aider à la scolarisation des enfants en situation de handicap, à la direction d’école...

Des orientations nécessaires pour engager de réelles transformations pour une école ouverte à tous !

mis en ligne le mercredi 19 mars 2008
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats