Sarkozy : « Il faut la plus grande fermeté avec les sectes »

Sarkozy : « Il faut la plus grande fermeté avec les sectes »

Le chef de l’Etat et le premier ministre estiment que la controverse déclenchée par les propos de la directrice de cabinet Emmanuelle Mignon sur les sectes, n’a pas lieu d’être. Au lendemain du tollé provoqué par les déclarations de sa directrice de cabinet sur les sectes, Nicolas Sarkozy est finalement monté au créneau, pour tenter d’éteindre la polémique. La veille, VSD avait publié un entretien dans lequel Emmanuelle Mignon aurait déclaré que les sectes sont « un non-problème en France », évoquant notamment la Scientologie.

Le chef de l’Etat s’est notamment défendu d’avoir jamais eu la moindre faiblesse envers cette organisation. « En ce qui concerne les sectes, ma position a toujours été claire : les activités sectaires sont inadmissibles et inacceptables et il faut faire preuve de la plus grande fermeté », a déclaré le président de la République à Noyelles-Godault, dans le Pas-de-Calais.

A la question de savoir si l’Eglise de scientologie était une secte, il a répondu : « Ce n’est pas à moi de le dire ».

« Il y a une commission, c’est à elle de le dire », a-t-il ajouté, faisant référence à la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes). « Je n’ai jamais eu la moindre faiblesse, quand j’étais ministre de l’Intérieur, avec eux », a-t-il affirmé, sans répondre. Une allusion à la rencontre que Nicolas Sarkozy alors ministre de l’Economie, avait tenu en août 2004 avec l’acteur américain Tom Cruise, scientologue revendiqué, à Bercy, déclenchant alors une salve de critiques.

Même volonté de calmer le jeu chez François Fillon. « Il n’y a pas de polémique. Mme Mignon s’est expliquée. Moi, je n’ai pas à commenter les propos des collaborateurs du président de la République », a dit le chef du gouvernement, ajoutant que la mission de la Miviludes ne subirait « aucun changement ». « Je souhaite plutôt qu’on renforce ses moyens. Ça restera un instrument interministériel, parce que c’est sa vocation », a-t-il souligné.

« Un secrétariat d’Etat pour Tom Cruise »

Plus tôt, Emmanuelle Mignon s’était expliquée dans un entretien accordé au Figaro , sans parvenir à faire taire la controverse, y compris dans les propres rangs de la majorité.

L’ex-premier ministre Jean-Pierre Raffarin a tancé la collaboratrice de Nicolas Sarkozy sur LCI : « S’exprimer c’est un métier, on ne passe pas de l’ombre à la lumière sans éclat et donc ce genre de polémique on s’en passerait surtout en période électorale ».

Autre personnalité de la majorité à critiquer ses dires, Claude Goasguen, député UMP de Paris. « Nicolas Sarkozy a donné le feu vert à ses conseillers de parler et c’est bien là le problème ». « S’il y a eu une stratégie assez machiavélique qui consistait à dire : ‘on va essayer de faire oublier le pouvoir d’achat en faisant des déclarations sur tout autre sujet’, c’est raté », a-t-il déploré sur Radio Classique.

Corinne Lepage, tête de liste pour le Modem dans le XIIe arrondissement de Paris, s’est également dite « extrêmement choquée » et « scandalisée ». « Je me demande si on ne va pas créer un secrétariat d’Etat pour Tom Cruise, à la scientologie et au développement des sectes en France, ce serait dans une certaine logique », a-t-elle ironisé sur Canal +.

Même son de cloche du côté de Ségolène Royal qui a jugé ces propos « totalement irresponsables ». La République française est laïque et le gouvernement doit mettre un terme aux « dérapages » sur les questions religieuses, a déclaré l’ancienne candidate socialiste à l’Elysée sur France 2.

mis en ligne le jeudi 21 février 2008
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats