La semaine de quatre jours secs n’est pas la solution

La semaine de quatre jours secs n’est pas la solution

François Testud, professeur à la faculté de Lettres de Tours et spécialiste de la chronopsychologie, milite contre la suppression des cours le samedi. Pour lui, la suppression du samedi "ne ferait que déplacer le problème au vendredi soir. Elèves ou professeurs, tout le monde est fatigué et moins réceptif quand il sent le week-end approcher".

"La question des rythmes scolaires ne doit pas être abordée en termes de semaines, mais en allégeant les journées, surtout pour les plus jeunes, et en rééquilibrant l’année scolaire", explique-t-il. "Le premier trimestre est beaucoup trop long. Je préconise deux semaines de congés à la Toussaint, au moment où les organismes sont les plus fragiles. Inversement, il faut rendre sa cohérence au troisième trimestre, trop haché par les jours fériés, quitte à raccourcir la durée des grandes vacances", ajoute-t-il.

Par ailleurs, il met en garde contre "la semaine de quatre jours secs". Pour lui, "la solution serait de mettre en place un accompagnement péri et extrascolaire le mercredi et le samedi, afin de respecter le rythme biologique des élèves".

Source : Le Télégramme de Brest

mis en ligne le vendredi 21 décembre 2007
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats