Conseil Supérieur de l’Education : Déclaration liminaire de la FCPE

Conseil Supérieur de l’Education : Déclaration liminaire de la FCPE

Le jeudi 13 décembre 2007

La FCPE constate avec appréhension et même colère qu’une profonde transformation du système éducatif national est en train de s’opérer et se met en place avant même que les instances consultatives aient été informées et consultées.

La méthode n’est pas véritablement nouvelle. Déjà la suppression d’une demi-heure de cours au cycle central avait été traduite dans les DHG soumises aux conseils d’administration des EPLE avant même que l’arrêté des horaires au cycle central n’ait été modifié.

Dans la période récente nous avons appris successivement :

-  l’assouplissement de la sectorisation ;

-  la suppression des cours du samedi matin à l’école avec une perte de deux heures d’enseignement par semaine ;

-  la mise en place d’un soutien scolaire après la classe, dans les collèges ambition réussite, et bientôt en direction des 15% d’élèves en difficulté à l’école primaire ;

-  la suppression de 11 200 postes d’enseignants à la rentrée prochaine ;

-  l’extension importante du baccalauréat professionnel en trois ans ;

-  la suppression de la sectorisation à la rentrée 2008 ;

-  le report après les élections municipales et cantonales des mesures sur la carte scolaire.

Toutes ces mesures s’inscrivent, certes dans le cadre de la révision générale des politiques publiques.

Mais le premier article du code de l’éducation, l’article L111-1, énonce encore que : « l’éducation est la première priorité nationale ». Pour la FCPE, les mesures annoncées, qui démantèlent le service public d’éducation, ne respectent pas le principe ainsi posé.

L’avenir passe par l’investissement dans la matière grise de tous les enfants et les jeunes.

mis en ligne le jeudi 13 décembre 2007
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats