Rythmes scolaires : Xavier Darcos planche sur les exemples finlandais, letton et autrichien

Rythmes scolaires : Xavier Darcos planche sur les exemples finlandais, letton et autrichien

26/11/07

Le ministre de l’Education a entamé une visite en Finlande, en Lettonie et en Autriche. Les résultats de l’école finlandaise sont nettement meilleurs qu’en France avec un nombre d’heures d’enseignement parmi les moins élevées des pays de l’OCDE

Le ministre français de l’Education Xavier Darcos a entamé lundi une tournée de travail en Finlande, en Lettonie et en Autriche consacrée aux rythmes scolaires, à l’apprentissage de la langue et aux activités extrascolaires. A Helsinki, il a rencontré lundi matin des directeurs d’établissements primaires et secondaires ainsi que des représentants de l’Etat.

Xavier Darcos s’est dit "étonné" par l’école finlandaise qui "produit des résultats nettement meilleurs" que l’école française avec moins d’heures d’enseignement, selon les études PISA réalisées dans les pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). La Finlande est l’un des pays de l’OCDE où les élèves ont le moins d’heures d’enseignement effectives, la France comptant à l’inverse parmi les Etats où les programmes sont les plus lourds. De 7 à 14 ans, les élèves finlandais reçoivent un total de 5.713 heures d’enseignement, contre 7.750 en France. "En France, on revient à toujours plus de moyens, d’heures, de contraintes . Ici, on fait différemment avec de meilleurs résultats", a commenté le ministre.

Xavier Darcos avait annoncé fin septembre son intention de supprimer la classe du samedi matin dans le primaire à la rentrée 2008, une mesure populaire chez les parents d’élèves mais critiquée par les enseignants, qui réclament une concertation.

Interrogé sur la pertinence d’importer des modèles scolaires étrangers, Xavier Darcos a concédé qu’"un certain nombre de difficultés scolaires reflètent les difficultés de l’environnement social". La Finlande, a-t-il souligné, est un petit pays de 5,3 millions d’habitants, socialement homogène avec une faible population étrangère. "Il n’en reste pas moins que les modes opératoires strictement scolaires en Finlande - autonomie des écoles, absence d’examens ou de préscolarisation, redoublement quasi inexistant, beaucoup moins d’heures d’enseignement - produisent des résultats nettement meilleurs", a-t-il dit. Il a estimé de son "devoir de savoir si nous ne perdons pas un peu de compétitivité" face aux autres pays européens.

Xavier Darcos devait visiter une école élémentaire, un collège et un lycée avant de s’entretenir avec son homologue finlandaise, Sari Sarkomaa. Il se rendra en Lettonie mardi et en Autriche mercredi.

mis en ligne le jeudi 29 novembre 2007
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats