Bac professionnel en 3 ans : évitons la précipitation

Bac professionnel en 3 ans : évitons la précipitation

La FCPE demande une véritable concertation sur l’évolution de la voie professionnelle et la mise en place du bac professionnel en trois ans et demande au ministre de surseoir à toute suppression de BEP qui ne résulterait que d’une logique budgétaire.

L’annonce de la modulation de l’accès au baccalauréat professionnel répond aux attentes de nombreux jeunes et de leurs parents. En revanche, la suppression est pour le moins précipitée et nécessite un examen approfondi en fonction du secteur professionnel et de ses débouchés réels.

De plus en plus de jeunes obtiennent un baccalauréat professionnel en quatre ans (77 % de réussite en 2006) et bon nombre d’entre eux poursuivent leurs études dans l’enseignement supérieur court, en BTS et DUT (soit près de la moitié des bacheliers professionnels).

Le nouveau format du bac pro en 3 ans pourra permettre à des jeunes d’aspirer légitimement à un cursus de formation professionnelle sur une durée compatible avec une insertion professionnelle. L’accès à des formations de niveau bac +2 voire des licences professionnelles sera facilité. Les lycéens en bac professionnel seront enfin mis sur un pied d’égalité avec ceux des filières technologiques et générales.

Le maintien du BEP est nécessaire, car tous les jeunes ne disposent pas des acquis nécessaires leur permettant d’accéder directement au niveau d’exigence du baccalauréat professionnel.

Quant aux CAP, ils doivent être réservés de façon prioritaire aux élèves de SEGPA (Section d’enseignement général et professionnel adaptée).

La valorisation de la filière professionnelle est un véritable enjeu de société. Il faut y consacrer une concertation et une réflexion approfondies sans aucune précipitation hasardeuse.

mis en ligne le samedi 24 novembre 2007
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats