CG92 : Carte scolaire : les demandes de dérogation ont presque doublé

Carte scolaire : les demandes de dérogation ont presque doublé

En juin, près de 3 700 familles du département ont demandé à changer d’établissement scolaire, contre 2 800 en 2006.

Les demandes de dérogation des familles

En juin 2007, l’inspection académique a reçu 1 406 demandes de dérogation pour le passage en 6e (contre 722 l’année précédente), dont 864 ont été satisfaites.

Pour les collèges, l’Education nationale a enregristrée 1 725 dossiers, dont 1 099 ont reçu un avis favorable, soit un taux de satisfaction de 64 %.

Les demandes ont moins progessé dans les lycées : 1950 demandes, soit 200 demandes supplémentaires. 1447 lycéens ont obtenus l’établissement de leur choix.

La proximité du lieu de domicile reste le premier critère

Cette importante demande des familles dans les Hauts-de-Seine s’explique par une forte urbanisation et une facilité de transport qui permet les déplacements rapides. Les demandes des parents concernent pour la plupart le collège de la ville qui a la meilleur réputation.

Mais, souvent le collège convoité a les mêmes résultats au brevet que celui du secteur. Ainsi, parfois les collèges qui proposent des classes prépas après le lycée, recontrent des fortes demandes (par exemple, le collège Pasteur de Neuilly).

Les secteurs les plus demandés ont concerné certains établissements à Versailles, Saint-Cloud ou Sèvres.

Des moyens supplémentaires

Sur la base des résultats obtenus de cette expérimentation, l’assouplissement de la carte scolaire sera généralisé. Trois rentrées scolaires seront nécessaires pour que la carte scolaire actuelle ait disparu avec la mise en place d’outils de régulation pour garantir une diversité sociale.

Les moyens de l’éducation prioritaire seront affectés en priorité sur les établissements difficiles avec des équipes d’enseignants volontaires, expérimentés et bien rémunérés : ils pourront mettre en œuvre des méthodes pédagogiques nouvelles.

Lors de sa visite à Asnières au collège André Malraux, le 22 mai 2007, Xavier Darcos a précisé : "Personne ne peut accepter l’idée d’une école repoussoir dans quelque partie que ce soit du territoire de la République."

Pour éviter que les bons élèves ne fuient les établissements scolaires les plus difficiles, l’académie de Versailles tente de les rendre plus attractifs. Exemple : à la rentrée prochaine, l’option chinois, de plus en plus demandée, va être proposée dans plusieurs collèges classés en zone d’éducation prioritaire des Hauts-de-Seine.

SITE CG 92

mis en ligne le samedi 28 juillet 2007
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats