Autonomie : des expériences sont déjà tentées en ZEP

Autonomie : des expériences sont déjà tentées en ZEP comme dans les grands lycées

Le Figaro - 07 juillet 2007

Redoublement banni, enseignants aidant les collégiens à affronter la sixième : les initiatives sont multiples.

XAVIER Darcos souhaite recenser les bonnes pratiques d’autonomie existant dans les établissements scolaires. Les zones d’éducation prioritaires (dont les 249 collèges ambition réussite), qui bénéficient de moyens financiers accrus, ont mis en place des expérimentations souvent originales.

Le principal d’un collège d’Asnières (Hauts-de-Seine) a instauré des cours intensifs de français pour la moitié de ses élèves de sixième à la rentrée dernière. Quitte à déplacer et même à alléger d’autres matières. D’anciens instituteurs sont recrutés pour enseigner au collège afin de faciliter la transition souvent périlleuse entre primaire et secondaire. D’autres établissements ont banni le redoublement.

Apprentissages fondamentaux

À Guîtres (Gironde), Xavier Darcos a récemment visité un établissement dans lequel seuls 45 % des jeunes décrochaient le brevet il y a cinq ans. Après avoir changé ses méthodes, l’établissement est passé à 60 % de réussite. Écoles, collèges et lycées sont dotés, en France, comme dans la plupart des pays occidentaux, d’une autonomie croissante depuis une vingtaine d’années, selon Gilles Combaz, auteur d’Autonomie des établissements et inégalités scolaires (Éditions Fabert, 2007).

Dans les collèges scolarisant un public défavorisé, le surcroît d’autonomie est souvent utilisé pour canaliser les adolescents turbulents ou en difficulté et leur permettre de reprendre en profondeur les apprentissages fondamentaux.

À l’inverse, dans les établissements favorisés, les marges de manoeuvre dégagées offrent fréquemment l’occasion d’entreprendre des activités originales qui permettent l’accès à une culture « très élaborée », selon l’auteur. Ainsi, au prestigieux lycée Fustel-de-Coulanges à Strasbourg (Bas-Rhin), les élèves ont accès à des cours de philosophie dès la classe de première ou peuvent étudier l’histoire et la géographie en anglais.

Autant d’expériences très différentes qui engagent de coûteux moyens budgétaires.

mis en ligne le samedi 7 juillet 2007
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats