Xavier Darcos affiche l’ouverture face aux syndicats de l’éducation

Xavier Darcos affiche l’ouverture face aux syndicats de l’éducation

PARIS (AP) - Le nouveau ministre de l’Education nationale, Xavier Darcos, a entamé mardi après-midi une série de rencontres avec les syndicats de l’éducation. Le ministre s’est dit ouvert au dialogue, tout en rappelant qu’il était favorable à la "suppression progressive" de la carte scolaire.

M. Darcos, qui a reçu en fin d’après-midi la Fédération syndicale unitaire (FSU, premier syndicat de l’éducation) comme premier interlocuteur, a expliqué à la fin de cette rencontre que des "solutions" pourraient être trouvées concernant le décret allongeant le temps de travail et modifiant les conditions d’exercice des enseignants, rejetant toutefois pour l’heure une abrogation pure et simple.

"J’ai le sentiment d’une écoute. Mais après mon premier contact avec Gilles de Robien, j’étais aussi assez content de l’écoute, donc je me méfie", a déclaré Gérard Aschieri, le secrétaire général de la FSU, après une heure de discussion avec le nouveau ministre. "Je souhaite que non seulement on ait été écoutés, mais aussi entendus".

M. Aschieri a rappelé les revendications prioritaires des syndicats d’enseignants, dont l’abrogation du décret pris par le prédécesseur de Xavier Darcos, Gilles de Robien, ou encore le rétablissement des moyens supprimés pour la rentrée prochaine. "Nous n’avons pour l’instant pas de réponse précise, pas d’engagement ferme sur tous ces problèmes", a expliqué M. Aschieri.

Sur la question de la carte scolaire, le secrétaire général de la FSU s’est dit "contre la suppression, mais pour un redécoupage pour assurer plus de mixité sociale". "Sur la carte scolaire, nous avons avancé puisque tout le monde est d’accord pour dire que le système n’est pas juste", a assuré de son coté M. Darcos après son entretien avec le principal syndicat de l’éducation. Il a rappelé qu’il était pour "assouplir petit à petit la carte scolaire afin d’aboutir à sa disparition".

Quant à la revendication d’abrogation du décret Robien, Xavier Darcos a dit qu’il ne voulait pas "jeter tout du jour au lendemain", tout en laissant une ouverture : "sur les heures de décharge, nous allons sûrement trouver une solution".

Le ministre devait recevoir en début de soirée le Syndicat national autonome des lycées et collèges (SNALC, classé à droite), puis le SGEN-CFDT mercredi après-midi. Les rencontres doivent se poursuivre jusqu’à la fin de la semaine prochaine.

Le Syndicat national des enseignements du second degré (SNES, membre de la FSU) ainsi que l’UNSA-Education appellent à une journée de manifestations et de rassemblements un peu partout en France mercredi, sur la base des revendications portées par les syndicats afin de "maintenir la pression" et "d’interpeller" le nouveau ministre. AP

mis en ligne le mercredi 23 mai 2007
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats