Les bébés américains devant la télé dès 9 mois

Les bébés américains devant la télé dès 9 mois ALICE BOMBOY. Publié le 12 mai 2007

Outre-Atlantique, une étude s’inquiète des répercussions d’une exposition précoce à la télévision sur le développement cognitif des jeunes enfants.

LA TÉLÉVISION permet-elle aux enfants de s’ouvrir sur le monde ou perturbe-t-elle leurs capacités d’apprentissage ? Un débat loin d’être tranché, car le rapport des enfants à la télévision dépend autant des émissions regardées, des usages qu’ils en font que de l’âge auquel ils commencent à flirter avec le petit écran.

Et c’est bien ce qui inquiète les spécialistes de la petite enfance : à 3 mois, 40 % des bébés américains passent déjà régulièrement du temps en compagnie de Dora ou de Bob l’éponge. À 24 mois, ils sont 90 %. Selon une étude publiée cette semaine dans les Archives of Pediatrics and Adolescent Medicine, de nombreux parents ignoreraient ainsi les mises en garde des pédiatres qui affirment que la télévision peut avoir des effets sérieux sur le développement cérébral des très jeunes enfants.

L’enquête, soutenue par la Fondation Tamaki et l’Institut national américain pour la santé mentale, a été menée auprès de plus de 1 000 parents d’enfants âgés de 2 à 24 mois. À la clé, un constat stupéfiant : l’âge moyen à partir duquel les enfants sont régulièrement exposés aux médias est de... 9 mois ! Les petits Américains de moins d’un an absorbent déjà 1 heure de télé par jour, une durée qui grimpe à 1 heure et demie à 2 ans. « La plupart des parents cherchent ce qui est le meilleur pour leurs enfants, et nous avons découvert que beaucoup d’entre eux croient offrir des valeurs éducatives et favoriser le développement cérébral de leurs bébés en les exposant à la télé 10 à 20 heures par semaine », explique Andrew Meltzoff, coauteur de l’étude et professeur de médecine à l’université de Washing­ton à Seattle.

« Les surstimuler ne sert à rien »

Une raison effectivement avancée par 29 % des parents interrogés, quand 23 % évoquent aussi l’effet relaxant sur leurs enfants et 21 % avouent utiliser la télévision comme baby-sitter virtuelle...

Mais, dans les faits, la bonne intention éducative des parents n’est pas vraiment vérifiée : seule la moitié des programmes regardés par les bébés étaient des émissions éducatives. Un constat qui alarme Frederick Zimmerman, chercheur à l’université de Washington et auteur principal de l’étude : « Si la télévision en quantité appropriée peut être utile à un certain âge pour les enfants et leurs parents, il a été démontré qu’un excès de télévision avant 3 ans est associé à des problèmes du contrôle de l’attention, un comportement agressif et un développement cognitif pauvre. »

Plus étonnant encore, alors même que les parents se disent convaincus des vertus cognitives de la télévision, ils sont 68 % à laisser les nourrissons seuls devant la télé, ne contrôlant pas la qualité des émissions. L’étude n’en déconcerte pas moins Arlette Streri, professeur à l’université Paris-Descartes : « Je ne comprends vraiment pas ce type de pratique. Où est l’intérêt pour le bébé ? À cet âge, il ne comprend rien. » La spécialiste de la psychologie du développement de l’enfant explique en effet que le système sensoriel visuel n’est pas très développé à trois mois. « À cet âge, précise Arlette Streri, ils ne peuvent pas voir la profondeur de champ ! La télé leur montre des images bidimensionnelles que leur cerveau ne peut pas analyser. Posez un canard sur un camion qui roule : le bébé ne distingue pas qu’il y a deux objets et ne verra qu’une forme qui bouge ! Le mouvement et le bruit peuvent attirer l’attention du bébé, mais ça ne va pas au-delà. Tout est trop rapide pour qu’il puisse traiter l’information ».

Mais ce qui inquiète encore plus la chercheuse, « c’est le phénomène d’addiction à la télévision qui commence de plus en plus tôt ». D’autant plus que regarder la télé se fait au détriment de la socialisation des nourrissons. « La vie réelle leur propose une quantité de stimulations qui suffit largement à leur éveil : voir des gens, s’amuser avec leurs jouets... Les surstimuler avec la télévision ne sert à rien. »

Les chaînes de télévision « premier âge » fleurissent pourtant, comme Baby TV ou Tiji, qui visent les moins de trois ans. « Le sujet reste tabou en France, regrette Monique Dagnaud, ancien membre du CSA et chercheuse spécialiste des médias. Les gens n’imaginent pas que les enfants puissent regarder la télé si tôt. Un exemple : Médiamètrie ne mesure l’audience qu’à partir de 4 ans ».

En attendant, les chaînes n’ont pas manqué de s’adjoindre les compétences d’experts du développement de l’enfant pour produire leurs émissions réservées aux bébés : de quoi donner bonne conscience aux parents qui dé­chargent le rôle d’éducation à la télé, à un âge où il y a mille autres façons d’explorer le monde.

LE FIGARO

mis en ligne le samedi 12 mai 2007
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats