Les parents d’élèves critiquent toujours la note de vie scolaire

samedi 24 mars 2007

À l’heure des conseils de classe du deuxième trimestre, les parents ne relâchent pas la pression. La FCPE publie un bêtisier.

Haro sur la note de vie scolaire ! En vigueur depuis septembre dans les collèges, cette note doit mesurer l’assiduité d’un élève et son respect des dispositions du règlement intérieur. Mais également prendre en compte sa participation à la vie de l’établissement, qui apporte des « bonus ». Alors qu’elle est désormais appliquée dans 90 % des établissements, certains parents d’élèves s’inquiètent de la dérive et du caractère très aléatoire des critères. Et donc de cette note, prise en compte pour l’obtention du brevet des collèges.

Pourtant, selon un rapport de l’Inspection générale, les notes dépassent 15 sur 20 dans 80 % des cas. Dans un collège près de Montpellier, les enseignants ont même décidé de mettre entre 18 et 20 sur 20 à tous les élèves. Une façon de montrer leur peu d’engouement et d’investissement à l’égard de cette innovation pédagogique. Selon Faride Hamana, président de la fédération des parents d’élèves FCPE, « nous sommes plutôt favorables à l’idée d’une citoyenneté dans les collèges. Mais cette note est vécue par certains parents comme totalement arbitraire ».

De son côté, l’Union nationale des associations des parents d’élèves de l’enseignement libre (Unapel) approuve l’objectif de donner aux élèves des règles de comportement, jugeant que l’école est aussi un « lieu de vie ». « C’est important de valoriser certains élèves, souligne Véronique Dintroz-Gass, présidente de l’Unapel. Nous trouvons cependant dommage qu’il n’y ait pas eu une année d’expérimentation de cette note et qu’elle compte tout de suite. » Présidente de la fédération de parents d’élèves PEEP, Anne Kerkhove, qui salue « une bonne idée au départ », regrette « une grande disparité dans son application ».

Jeux vidéo riment avec bonne note

Alors la FCPE a décidé de dresser un petit bêtisier sur l’éclectisme de cette note ramasse-tout. Des exemples ?

Sur la participation à la vie de l’établissement, un collège du Bas-Rhin donne des points aux élèves qui sont délégués de classe. Or, forcément, tous les élèves ne peuvent pas être élus !

En Meurthe-et-Moselle, on attribue des points aux élèves qui participent à un club où ils jouent à... des jeux vidéo. Dans un collège de Charente-Maritime, on compte les absences injustifiées des enfants et on y inclut celles des jours... de grève des enseignants !

La FCPE critique également certains critères jugés arbitraires. Ainsi, dans un établissement de Moselle, « aider un camarade » est récompensé. Normal quand on fait une bonne action ! « Mais que signifie aider ses camarades, en dehors ou au sein de l’école ? Qui peut apprécier cette aide ? », s’interroge l’association. Autre exemple : dans un établissement parisien, la moitié de la note est aléatoire, donnée par différents professeurs sans qu’aucun critère précis ne leur ai été donné.

En Indre-et-Loire, un élève de 6e s’est vu attribuer un zéro en note de vie scolaire pour avoir égaré pendant deux jours son carnet de correspondance. Dans un collège de Meurthe-et-Moselle, certains professeurs se félicitent de cette nouvelle carotte, ils n’ont ainsi plus de mal à trouver des volontaires pour se charger de tâches ingrates !

Les parents de Thibault eux ne sont pas ravis de la note de leur bambin. Élève de 6e en région parisienne, il a ramené un bien médiocre 12 sur 20. Thibault se défend pourtant d’être turbulent en cours ou d’agresser ces copains durant la récréation. « C’est simplement, jure-t-il parce que je ne me suis pas présenté comme délégué de classe. Je ne fais pas non plus partie des clubs de vidéo, de sports ou de danse qui se réunissent entre midi et deux heures. Les profs ont mis les meilleures notes à ceux qui participent à la vie du collège. Si vous voulez que j’ai 18 sur 20, je peux créer un club « Dodo » ! Avec mes copains, on demandera une salle, on fera semblant de faire la sieste et on raflera un 18. C’est trop bête et pas très juste », clame-t-il.

Une mère d’élève dans le Rhône regrette quant à elle l’arbitraire des critères : « Dans la classe de mon fils, les délégués de classe gagnent deux points, alors que ceux qui participent à la chorale, et donc justement à la vie de l’école, n’en ont pas. » Certains parents s’interrogent tout bonnement sur l’intérêt de cette note. « On ferait mieux de réformer le système d’avertissement et de conseils de discipline », note un père d’élève parisien.


Le Figaro du 24 mars 2007

mis en ligne le dimanche 25 mars 2007
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats