La FCPE n’accepte aucune forme de violence devant les écoles

La FCPE n’accepte aucune forme de violence devant les écoles 22 mars 2007

Comment peut-on oser utiliser des gaz lacrymogènes aux abords immédiats d’une école ?

Comment peut-on prétendre arrêter un adulte à la sortie d’une école sans se préoccuper de l’enfant qu’il venait chercher ?

La FCPE appelle les parents d’élèves à se mobiliser devant les écoles pour empêcher que de telles scènes ne se reproduisent et que des enfants scolarisés en France ne soient expulsés.

La FCPE porte haut et fort l’appel du RESF : « Laissez-les grandir ici ! »

Lundi 19 mars des policiers sont venus arrêter une femme en situation irrégulière qui attendait une petite fille à la sortie d’une école du 19ème arrondissement de Paris, sans se préoccuper de l’enfant qu’ils laissaient seule derrière eux.

Mardi 20 mars, des policiers ont décidé d’arrêter le grand-père sans papiers de deux enfants scolarisés dans le même quartier. Alors que des militants du RESF et des parents tentaient de s’y opposer, les policiers ont fait usage de gaz lacrymogènes, à deux pas de l’école, à l’heure de la sortie.

Comment peut-on oser utiliser des gaz lacrymogènes aux abords immédiats d’une école ? Comment peut-on prétendre arrêter un adulte à la sortie d’une école sans se préoccuper de l’enfant qu’il venait chercher ?

La FCPE appelle les parents d’élèves à se mobiliser devant les écoles pour empêcher que de telles scènes ne se reproduisent et que des enfants scolarisés en France ne soient expulsés. Contact presse : Laurence Guillermou, tel 01 43 57 16 16

mis en ligne le samedi 24 mars 2007
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats