AMF : Mise en œuvre expérimentale d’établissements publics d’enseignement primaire (EPEP) :

19 Février 2007 Mise en œuvre expérimentale d’établissements publics d’enseignement primaire (EPEP) : Jacques Pélissard écrit à Gilles de Robien

Dans un courrier adressé la semaine dernière à Gilles de Robien, ministre de l’Education nationale, le président de l’AMF, Jacques Pélissard, lui fait part du désaccord du bureau sur le projet de décret sur la mise en œuvre expérimentale d’établissements publics d’enseignement primaire (EPEP). Il précise que « les maires restent très réservés quant au principe d’attribuer aux écoles primaires le statut d’établissement public autonome en raison notamment du fort attachement qu’ils ont au lien communes-écoles et des coûts supplémentaires que ce mode de gestion risque d’engendrer ». Jacques Pélissard indique que le Bureau de l’AMF, réuni le 7 février dernier, s’est également inquiété des conséquences que pourrait avoir la mise en place d’EPEP sur la carte scolaire en matière de fermeture de classes ou d’écoles ainsi que de la généralisation de la mise en place de ces établissements à l’issue de la phase d’expérimentation. Le projet de décret ne contient d’ailleurs aucune disposition concernant la dissolution de ces établissements publics, en cours ou à l’issue de cette expérimentation, alors qu’elle posera à l’évidence de nombreux problèmes notamment pour le personnel recruté par l’EPEP. Enfin, le Bureau de l’AMF constate que les villes ne sont pas favorables à cette expérimentation qui remettraient en cause l’organisation de services scolaires communaux importants et compétents. L’AMF demande à être étroitement associée au bilan qui sera réalisé par le ministère de l’Education nationale au terme de l’expérimentation avant tout projet de généralisation de ce nouveau mode de gestion.

mis en ligne le lundi 19 février 2007
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats