Cantines gratuites victimes de leur succès : encore quelques problèmes

Cantines gratuites victimes de leur succès : encore quelques problèmes

Les cantines de Drancy (Seine-Saint-Denis), prises d’assaut par 900 élèves de plus depuis l’instauration de la gratuité, continuent à rencontrer quelques problèmes, selon les indications fournies par la mairie de la ville et la FCPE.

Pour Thierry Bégasse, vice-président de la FCPE, principale fédération de parents d’élèves, à Drancy "tous les problèmes ne sont pas réglés" dans les cantines des écoles primaires de cette ville, "sauf à considérer normal que les enfants n’aient que dix minutes pour manger".

"On nous signale de plus en plus d’enfants se plaignant de maux de ventre car ils doivent manger trop vite", précise M. Bégasse selon qui des enfants "continuent à finir de manger au-delà de 13H30 dans plusieurs écoles".

Selon la mairie, des retards ont encore été enregistrés mardi dans quatre des 18 écoles primaires de la ville. Mais selon le directeur de cabinet Dominique de Pontfarçy, "progressivement les problèmes se résolvent".

"Le plus important, ajoute M. de Pontfarçy, est qu’aujourd’hui tous les enfants de Drancy mangent à leur faim un repas le midi".

Quelque 75% des élèves du primaire déjeunent désormais à la cantine, contre un maximum de 55% des élèves auparavant, selon M. de Pontfarçy.

La mairie confirme qu’elle engagera aux vacances de février des travaux d’agrandissement à l’école Dewerpe et que la construction d’une cantine va être programmée à l’école Jean-Macé.

Dans une troisième école, Diderot, les lave-vaisselle, en sous-capacité, seront changés pendant les vacances.

M. Bégasse fustige "l’absence de préparation et de concertation" entourant cette mesure entrée en vigueur le 8 janvier à Drancy et Le Bourget.

Il réclame, avec la CGT et la FSU, 15 agents de service supplémentaires, en plus des trois agents tout juste embauchés par la mairie, qui a déployé 22 animateurs pour aider les enfants à manger le midi.

Il s’inquiète également d’un courrier demandant aux parents des enfants déjeunant désormais à la cantine de présenter avant mercredi des justificatifs de revenus à la mairie, sinon la gratuité ne leur sera plus appliquée.

Pour la mairie, il s’agit "de pouvoir mesurer statistiquement à qui cette mesure sociale a bénéficié".

mis en ligne le mercredi 31 janvier 2007
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats