La polémique enfle autour de la note de vie scolaire dans les collèges

LE ZÉRO de conduite a vécu ! De nombreux enseignants font de la résistance à l’égard de la nouvelle innovation ministérielle, la fameuse note de vie scolaire.

Certains regrettent que les barèmes de notation soient élaborés dans la précipitation. D’autres estiment que cette note conduit à recenser les manquements aux règlements des élèves « au détriment de l’acte éducatif » et inflige une « double peine » à ceux qui font déjà l’objet de sanctions disciplinaires.

Dans l’exemple de barème que Le Figaro s’est procuré (voire ci-dessus), provenant d’un collège des Ulis (Essonne), le fait de participer à un club ou de respecter le matériel rapporte des points. L’une des enseignantes de l’établissement trouve l’idée intéressante : « Cette note peut nous aider à asseoir notre autorité. »

Points faciles

Jean-Paul Brighelli, l’enseignant auteur de La Fabrique du crétin *, se dit en revanche sceptique et considère que la note va encore permettre de donner des points un peu facilement gagnés à des élèves par ailleurs pas toujours exemplaires : « Un collégien à peu près présent en cours qui ne crache pas quotidiennement à la figure des enseignants est censé décrocher une note au-dessus de la moyenne. » Pour lui, la note ne serait pas assez contraignante. Il déplore aussi la nouvelle charge de travail pour les enseignants : « Les profs passeront bientôt plus de temps à remplir des croix dans des dossiers administratifs qu’à transmettre le savoir. »

mis en ligne le jeudi 7 décembre 2006
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats