Ecole morte, le jeudi 10 mars

Ecole morte, le jeudi 10 mars Communiqué de presse de la FCPE du 21 février 2005

L’Ecole subit des restrictions budgétaires sans précédent. Depuis 2002, des milliers de postes d’enseignants, de personnels de service, de surveillants ont été supprimés. Le budget Sarkozy-Fillon pour 2005 ferme plus de 6000 postes dans le secondaire et ne crée pas suffisamment de postes dans le primaire pour faire face à la hausse démographique.

On nous annonce encore pire pour 2006.

Nous avons la certitude que la rentrée prochaine sera catastrophique pour les conditions de travail de nos enfants :

-  recul de la scolarisation en maternelle ; il sera de plus en plus difficile voire impossible d’inscrire les enfants de moins de 3 ans et parfois ceux qui ont dépassé cet âge.

-  en primaire, de nombreuses fermetures de classes, y compris dans les zones d’éducation prioritaires et les zones rurales, vont entraîner des effectifs très chargés et donc une difficulté à bien s’occuper de tous les élèves.

-  des collèges seront fermés dans certains départements ; la réduction de la dotation horaire conduira également à des classes à plus de 30 élèves.

-  les lycées paient un lourd tribut : de nombreuses options disparaissent dans la plupart des lycées, les TPE (travaux personnels encadrés) plébiscités par les lycéens et qui constituaient une nouvelle façon de travailler préparant mieux aux études supérieures sont supprimés ; des filières professionnelles et technologiques sont rayées de la carte... Le choix des élèves sera limité, leurs conditions d’étude dégradées ; des lycées ruraux et même urbains sont mis en péril.

-  au moment où l’on affirme mener une politique en faveur de l’intégration des enfants handicapés, on retire des moyens à ce secteur.

Dans le même temps, le gouvernement fait voter une loi dont l’objectif essentiel est de justifier de nouvelles restrictions budgétaires pour l’école publique.

Devant la gravité de la situation, les parents ne cessent de réagir partout dans le pays.

Le gouvernement reste sourd.

Alors nous haussons le ton.

Pour signifier solennellement au gouvernement leur refus de cette politique de casse du service public, la FCPE appelle tous les parents à ne pas envoyer leurs enfants à l’école le jeudi 10 mars et à manifester ce jour là.

mis en ligne le jeudi 3 mars 2005
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats