Faut-il leur faire croire au Père Noël ?

Faut-il leur faire croire au Père Noël ?

Docteur en psychologie, Véronique Piaton-Hallé a travaillé sur la croyance au Père Noël. Elle donne des éléments de réflexion pour aider les parents à appréhender ce mythe.

D’où vient le Père Noël ?

L’origine du Père Noël se perd dans la nuit des temps. Depuis l’Antiquité, il y a toujours eu des personnages qui viennent gâter les enfants pendant la nuit. Mais l’ancêtre direct du Père Noël, c’est Saint Nicolas. Il a été transformé en Père Noël par un pasteur américain, le révérand Moore. Ce dernier a inventé un poème pour ses enfants, parlant d’un homme aux habits écarlates qui vient distribuer des cadeaux sur un traîneau tiré par des rennes. Ensuite, Coca Cola s’est servi du Père Noël comme support publicitaire, et c’est sous cette forme qu’il est revenu en Europe. Néanmoins, le Père Noël reste avant tout un fait culturel, indépendamment de sa récupération économique.

Quelle est la fonction psychologique du Père Noël ?

Au moment où l’enfant découvre la vérité sur le Père Noël, il fait une "expérience de réalité" au sens freudien de l‘expression, c’est-à-dire que c’est une occasion émotionnellement forte pour l’enfant d’apprendre la distinction essentielle entre l’imaginaire et le réel. En effet, dans un premier temps, les parents lui présentent le Père Noël comme un personnage réel, dont on guette et prépare l’arrivée. Puis, vers 6 ou 7 ans, l’enfant commence à se poser des questions et découvre grâce à des indices que le Père Noël est un personnage imaginaire. Cela n’a rien a voir avec les fées ou les ogres, qui font partie du monde de l’enfant, mais qui sont d’emblée présentés comme fictifs.

Pourquoi les parents font-ils croire au Père Noël ?

Une des hypothèses que j’avance, c’est que Noël permet à la famille, le temps d’une nuit, d’échapper au réel en reconstruisant une nouvelle réalité, une sorte de mythe de l’âge d’or où tout est possible. Le Père Noël symboliserait cela ; il représenterait le don miraculeux d’une manne, c’est à dire de tout ce que l’on désire malgré les contraintes financières. Même si cela n’est pas très conscient de leur part, les parents construisent grâce au Père Noël une sorte de cocon, une sécurité qui permet d’oublier les soucis, l’angoisse, la finitude etc.

Faut-il faire croire au Père Noël ?

Je ne peux pas donner de directives, chacun fait ce qu’il veut, ce n’est ni bien ni mal d’entretenir cette croyance. Dans toutes les sociétés, il y a toujours eu des rituels de cet ordre-là. En tant que chercheure, je trouve intéressant qu’ il existe encore aujourd’hui dans notre monde des rituels comme celui du Père Noël, car ce genre de mythe participe de la construction du collectif. Mais le choix de se saisir ou non d’un tel fait culturel contemporain appartient à la liberté de chacun.

 [1]


[1] Figures et destins du Père Noël de Véronique Piaton-Hallé Editions de l’Harmattan, 232 pages, 26,50 €

mis en ligne le lundi 20 novembre 2006
par ML



  
BRÈVES

Free counter and web stats